AFFAIRE D’AGRESSION D’UNE ENSEIGNANTE AU LYCÉE MATHIEU BOUKE DE PARAKOU : L’administration donne des précisions • « L’enseignante n’a pas été battue, elle a été plutôt violentée… » reprecise Istani Aloukoutou

1 an ago | Written by
9 751 vues
1 0

 

Depuis hier jeudi 28 janvier 2021, une information reçue de nos confrères de la radio Urban Fm et relayée par votre quotidien Daabaaru est devenue virale. Il s’agit de l’agression d’une enseignante par un apprenant lors d’une surveillance de devoir au Lycée Mathieu Bouké (Lmb) de Parakou. Cette information a été mal reçue par les autorités administratives de l’établissement qui ont estimé qu’elle souffre de quelques imprécisions et incohérences. Que ce serait-il passé selon l’administration du Lmb ?

Interviewé par la rédaction du quotidien Daabaaru, le Surveillant Général (Sg) du Lycée Mathieu Bouké Istani Aloukoutou a donné des précisions.

En effet, selon le Sg Istani Aloukoutou, « dans l’après-midi du jeudi 21 janvier 2021, les élèves de seconde série littéraire avaient un devoir ( 1er devoir du premier semestre) en espagnol, parce-qu’ils n’ont pas vite commencé les cours comme les autres classes. C’est là des professeurs de cette displines (dont l’enseignante en question) ont été sollicités pour surveiller ces devoirs. Au cours de la surveillance, elle a entendu un téléphone portable sonner et elle a saisi l’appareil. Abraham A. (l’élève concerné) a supplié la dame pour prendre son appareil, elle a refusé et l’a fait sortir. Entre temps, elle avait supris deux élèves qui trichaient et elle les a fait sortir de la salle de composition » explique le Sg Istani Aloukoutou. « L’apprenant est revenu dans la salle et a essayé d’arracher le portable. Mais il n’a pas pu, parce-que la dame a été vigilante. Il est resortie de la salle. Deux élèves qui étaient dehors dont l’un de sa classe et l’autre d’une autre classe, l’ont incité à aller arracher son appareil. Ils lui ont notamment dit que ce n’est pas une femme qui va prendre son portable et il va laisser. Et que si c’était eux, qu’ils seraient déjà parti arracher avec force le portable. C’est ainsi que Abraham A. est reparti une seconde fois dans la salle pour donner un coup de poing dans le ventre de la dame et il a pu prendre le portable », poursuit-il.

En réalité, l’élève se servait de son portable pour tricher, parce-qu’il a cherché la signification d’un mot espagnol en français et l’interprétation sonore que lui faisait le dictionnaire de son appareil a été entendue par ses camarades élèves et l’enseignante elle-même.

Le surveillant a précisé, à cet effet, que la surveillante n’est pas enseignante au Lycée Mathieu Bouké mais dans un autre établissement. Alors, elle a été sollicitée par ses collègues pour la circonstance.

Toutefois, le surveillant déplore le terme « battue » utilisé dans l’information. Car pour lui, la surveillante n’a pas été battue mais elle a été plutôt violentée.

Ainsi, l’administration informée de la situation, a convoqué un conseil de discipline qui s’est tenu le lendemain, c’est-à-dire le vendredi 22 janvier 2021. Au cours de ce conseil de discipline qui a réuni les enseignants et des parents d’élèves, les différentes parties prenantes ont considéré cet acte comme grave et ont opté à l’unanimité pour l’exclusion définitive de l’apprenant agresseur et une exclusion temporaire pour ses complices.

Par ailleurs, le Surveillant Général du Lycée Mathieu Bouké a fait savoir que l’élève Abraham A. est reconnu pour des actes de banditisme et d’incivisme dans le lycée comme le fait d’avoir financé et réalisé une vidéo pornographique l’année dernière. Il a profité de l’occasion pour prodiguer quelques conseils aux élèves et aux parents d’élèves pour éviter à l’avenir ces situations du genre.

Daniel KOUAGOU

Article Categories:
Actualité · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.