APPELS AUX SOULEVEMENTS POPULAIRES CONTRE LA PROROGATION DU MANDAT DE PATRICE TALON : Le Bénin pourra-t-il relevé le défi ou le jour funeste de sa démocratie ?

1 an ago | Written by
3 757 vues
0 0

Au Bénin, la situation politique est très tendue depuis l’annonce de la prorogation du mandat du président de la République de 45 jours et l’exclusion de l’opposition à l’élection présidentielle prochaine. L’opposition béninoise est en vent debout et ne cessent d’appeler les populations à manifester contre ces décisions, qu’elle qualifie « d’arbitraires et de dictatoriales ». Selon la constitution de 1990 sur laquelle le président Patrice Talon a prêté serment, le mandat de l’actuel locataire de la Marina prend rigoureusement fin ce lundi 5 avril 2021 à minuit.

Ainsi, les appels fussent de toute part surtout au sein de l’opposition radicale, pour appeler les populations à sortir massivement dans les rues, dès ce mardi 6 avril 2021 pour manifester contre la prolongation du mandat du chef de l’Etat Patrice Talon et exiger une élection inclusive. Dans un message adressé au peuple béninois le lundi 5 avril 2021, l’ancien ministre des finances du président Boni Yayi, Komi Koutché et en exile depuis l’avènement du régime de la rupture, a invité les jeunes, femmes, adultes, à massivement sortir cette nuit du 5 avril à minuit avec sifflet et trompette, dit-il, pour marquer la fin du mandat.

Ces appels tous azimuts sont à craindre quand l’on se réfère aux violences des législatives de 2019 et les résultats qui en ont découlé. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, dit-on. Cette manifestation pacifique qui se profile à l’horizon pourrait ne pas échapper au même sort que celle qui a émaillé les élections législatives dernières. Alors, les acteurs politiques doivent comprendre que ce ne sont pas toutes les guerres qu’on fait. Il y en a qui ne sont pas indispensables parce que pouvant être évitées par le dialogue. Il importe donc de tout sacrifier pour la paix, car la guerre ne résolve aucun problème. Cependant, ils doivent cultiver la paix, surtout la paix ne serait ce que pour la sauvegarde du patrimoine commun, le Bénin.

En tout cas, aujourd’hui est un grand jour pour le peuple béninois de démonter une fois encore qu’il est capable de sauvegarder sa démocratie en dépit de tout conflit ou d’exhiber le contraire.

Daniel KOUAGOU

Article Categories:
A la une · Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.