CAMPAGNE POUR LA PRESIDENTIELLE AU BÉNIN : Messages des trois duos

1 an ago | Written by
3 809 vues
0 0

Béninois, béninoises,

Chers compatriotes,
Le duo Corentin Kohoué et moi même Irené Agossa, ont fait le choix d’une alternance démocratique dans les urnes. Notre option, est de remplacer le système Talon par un système plus démocratique, et prise en phase par les aspirations du peuple. Nous avons constaté qu’un véritable problème qu’a créé ce système est le fait, d’accentuer le manque de confiance, donc le problème de confiance se pose à chacun de nous, entre nous même, et entre le peuple et entre les institutions de l’Etat. Non seulement, entre les institutions de l’Etat, mais entre le peuple et le chef de l’Etat. C’est pour cette raison, que nous nous pensons qu’il faut qu’absolument proposer à ce peuple, la restauration de la confiance. La restauration de la confiance est l’élément capital qui nous permettra de consolider notre cohésion sociale et de maintenir les acquis de la démocratie. Pour y parvenir, nous proposons au béninois un mandat de transition celui-ci devra nous permettre de remettre en place les lois consensuelles et une gouvernance publique apaisée et harmonieuse si, notre peuple nous accorde sa confiance. Notre mandat ne durera que le temps des réformes politiques et judiciaire nécessaires au retour de la confiance dans notre pays. Au terme de celui-ci, il va durer au plus 3 ans et demi, nous organiserons une élection présidentielle qui permettra à notre pays de redémarrer sur des bases nouvelles et saines. Cette aspiration, nous l’avons traduite à travers un programme de société qui se décline en de point suivant.
Premier chantier, rassembler les béninois pour retrouver la confiance et consolider la cohésion. Alors, il faudra libérer dès la prise de pouvoir, les détenus politiques, motiver et encourager le retour au bercail des exilés politiques et dédommager systématiquement les victimes des violences des forces de l’ordre et de défense de 2019.

Deuxième chantier, restaurer la démocratie, alors il s’agira pour nous, de convoquer dès 2022 la Conférence Nationale de Restauration (Cnr) de la confiance. Cette conférence, sera une version améliorée de celle de 1990, elle devra permettre aux acteurs que nous sommes, de nous parler à nouveau un langage de vérité et faire en sorte qu’il y ait un nouveau rayonnement dans le concert de notre Nation. Nous allons auditer la liste électorale permanente informatisée, de manière consensuelle, organiser une élection référendaire en 2022. Par ce référendum constitutionnel, le peuple souverain sera consulté pour adhérer ou non aux résolutions qui sortirons des assises de la Cnr 2022. Une nouvelle constitution, symbole de la confiance restaurée. Nous allons toujours axer nos actions sur cette confiance qui manque dans le pays. Organiser une élection générale en 2023. A l’issue de cette élection générale, où il aura d’élection d’un nouveau président, nous allons déposer le tapis. C’est ça notre engagement, et c’est ça nos points importants de la confiance, si nous sommes élus de la base des textes que nous contestons, et dès que nous allons rétablir les nouveaux textes, et que le pays serait réorganisé, désormais sur la base de la confiance, nous allons déposer le tablier suite à une élection générale. C’est ce qui est nouveau dans notre programme, et c’est cela que nous proposons aux béninois.
Le troisième chantier, nous allons rendre la justice indépendante, nous allons absolument renforcer le système de santé à travers le système de détection du mal. Le problème c’est d’avoir la chance de savoir ce dont on souffre quand on va à l’hopital. Nous allons mettre un accent particulier sur ça.
Le cinquième chantier, c’est renforcé la croissance économique, ici c’est de faire face au chômage et au sous emploi. Nous allons systématiquement améliorer nos rapports avec le Nigéria, ce qui fera que le petit commerce va reprendre dans le pays. Nous allons mettre fin au fait que notre pays soit en tiers détention par les emprunts obligataires. Nous allons ensuite initier les réformes sur l’hydrocarbure qui permettra à notre recette de retrouver le deuxième pilier important en ce qui concerne les recettes au niveau de l’hydrocarbure qui nous permettra de collecter tout en moins pus de 700 milliards de francs cfa. Ceci va nous permettre de redonner un nouveau souffle à notre économie dans les comptes de l’Etat. Ceci va permettre de redonner un nouveau souffle à notre économie. Nous allons aussi mettre en place ce que nous appelons les fonds d’aides aux plus pauvres et permettre la relance d’une consommation dans le pays.

Donc, voilà des actions que nous allons mener, pour permettre de lutter immédiatement contre le sous emploi et le chômage. Nous allons encourager dans la modernisation de l’administration par le recrutement de quinze mille agents. Ce seraient des ingénieurs en numérique et des techniciens supérieurs en numérique. Nous avons un retard énorme dans ce secteur. C’est pour vous dire le chômage et le sous emploi seront aussi une grande priorité au cours de ce mandat de transition. On ne pourra plus rien faire dans notre pays sans que cela n’aboutisse à la création de l’emploi, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, on ne peut pas faire des réformes qui créent de chômage, on ne peut pas faire des réformes et fermer les entreprises partout, on ne peut pas faire des réformes en créant la misère. Nous sommes contre, et c’est ça que nous proposons aujourd’hui en disant qu’il faut améliorer tout le contexte de l’économie nationale et permettre à ce que les béninois se retrouvent. Oui, nous allons faire en sorte que la formation soit en adéquation avec le marché de l’emploi. Et pour y parvenir, nous ne doit pas avoir des entreprises qui soient dans cet état, nous ne pouvons pas avoir le patronat qui soit dans cet état. Nous allons réorganiser le système patronat, faire en sorte que cette organisation nous propose alors ce qu’il faut pour la marche de l’emploi. Et ça nous ferons en sorte que tout ce qui sera dans le cadre de la formation, soit en adéquation avec ce marché d’emploi. Notre pays a besoin bien sûr de régler son problème pour permettre à la jeunesse et permettre à tout le monde de s’en sortir.

Le dernier point, c’est l’énergie. On ne pourra rien faire sans l’énergie. La création de l’énergie à travers des micros turbines à gaz et travers aussi des turbines à gaz, que nous allons installer dans la zone de Sèmè. C’est une erreur grave, de continuer à vouloir produire l’énergie sur la base du fuel et des autres formes de carburants qui coûte cher, ce qui fait que nous n’avons pas aujourd’hui une énergie bonne et à moindre coût, pour relancer le secteur agricole et les autres secteurs.
Béninoise et béninois,
Chers compatriotes
Vous avez le choix de continuer avec le système destructif actuel, ou de choisir ce que nous vous proposons, en votant le 11 avril prochain pour notre duo. Un duo qui vous permet d’aller maintenant vers un Bénin plus fort, un Bénin plus rayonnant et qui va attirer désormais les investisseurs.
Vive le Bénin !
Vive la démocratie!
Je vous remercie.

Message du duo Alassane Soumanou Djemba-Paul Hounkpè

Béninoises, béninois
Chers compatriotes
Nous venons vous soumettre, notre projet de société sur le nouveau pacte qui doit vous lier aux gouvernants de 2021 à 2026. En effet, nous avons travaillé, milité pour sauvegarder notre parti, mais dans cette lutte, qui est en emprunte de changement, de réadaptation et donc de recherche de paix, plusieurs ont pensé que nous avons fait la part belle au pouvoir en place, mais non. Lors de notre participation aux élections passées, nous avons déclaré ouvertement notre appartenance à l’opposition, donc nous sommes une opposition officielle. Aujourd’hui, nous nous sommes battus pour être au rendez-vous et c’est donc ça, ce que nous réservions au peuple béninois comme surprise. Vous avez maintenant la possibilité de choisir, après avoir apprécié la gouvernance que nous venons donc de connaître. Nous venons donc solliciter vos suffrages pour que le Bénin de 2021 à 2026, soit un Bénin de paix, un Bénin de concorde et de dialogue. C’est pourquoi notre duo, après les élections du 11 avril, prendra des décisions fermes de restructuration de notre démocratie, d’organisation du dialogue entre béninois. Nous travaillons à ce que notre justice soit une justice indépendante, et qui garantisse à tous une justice équitable. Vous savez, que la crise qu’il y a aujourd’hui est véritablement de deux ordres. Le manque de dialogue, ce qui a fait qu’aujourd’hui tout semble être défiloché, mais il y a aussi que les populations se plaignent de la famine, du déséquilibre social. C’est pourquoi, nous prendrons des mesures pour alléger au peuple les impôts, travailler à ce que les transformations de nos produits sur place permettent d’offrir à nos concitoyens de l’emploi, protéger de l’emploi permanent. Il ne sert à rien de trouver de l’emploi et de le perdre un mois, deux mois après. Il faut que nous garantissions la permanence de l’emploi. Cela ne peut se faire sans des réformes qualitatives dans le secteur de l’éducation, le leitmotiv du président Soumanou, c’est d’adapter la formation aux besoins réels d’emploi dans le pays. Notre gouvernement travaillera à protéger nos entrepreneurs. Autant qu’il faut en créer, autant qu’il faut les protéger. Nous ferons en sorte qu’au cours des cinq ans à venir que l’emploi soit disponible et qu’il ne soit permis à quelqu’un qui a gagné déjà l’emploi de le perdre au cours de notre mandat.
Béninoises, béninois
L’heure a sonné pour que tous ensemble on décide du changement à la tête donc de notre pays. Nous en avons besoin en ce moment et nous pensons que c’est avec des gens expérimentés ayant fait le job une fois, ayant collaboré, travaillé avec plusieurs chefs d’Etat que nous pouvons véritablement réussi. Travailler pour la paix dans notre pays, c’est confié le pays aux mains d’un homme capable d’écouter, de comprendre, d’organiser le dialogue. Dialogue à organiser, au plan social pour ensemble décider des orientations à avoir, les facilités à accorder surtout aux couches vulnérables, dialogue à organiser au plan politique parce que la division est assez profonde aujourd’hui. Nous ferons en sorte que sur le plan économique, un dialogue véritablement inclusif soit organisé pour que nous trouvions les orientations qui permettent à tous les béninois d’être de véritables contributeurs à l’économie nationale. Nous sommes des hommes de paix, nous sommes des sociaux démocrates, et c’est pourquoi la démocratie béninoise pour nous, doit être absolument revisitée et ceci dans le dialogue pour que le juste milieu soit trouvé, pour qu’ensemble nous puissions maintenir la corde déjà tissée à partir de la conférence nationale des forces vives de la Nation. Au soir du 11 avril 2021, qu’on n’est besoin de chercher, c’est au milieu du bulletin comme, Dieu sait que les cauris ne sont pas des extrémistes et bien, il a permis que nous soyons justement au milieu. Il suffira de mettre votre cachet sur le bulletin au milieu et vous auriez décidé de vivre sans peur, de vivre avec la liberté d’expression. Vous auriez choisi donc de vivre ensemble et d’améliorer votre situation sociale. Nous sommes véritablement engagés pour que la santé soit au cœur de la préoccupation de notre gouvernement. Cela implique que tous les acteurs de la santé soient encore sollicités pour qu’un juste milieu soit trouvé à leurs problèmes qui sont des problèmes accrus, des problèmes immenses aujourd’hui.

Béninoises, béninois
Les Fcbe, pour avoir exercé le pouvoir pendant dix ans, sont suffisamment imbus d’expériences et tous ceux qui nous ont laissé, ont libre choix de revenir pour que nous puissions bâtir notre maison ensemble. Nos alliés qui sont nombreux et bien nous les rassurons qu’ils ne seront pas floués une fois le pouvoir gagné. Ensemble nous allons conduire ce pays au grand bonheur de tous les citoyens. Nous ferons en sorte que l’intégration régionale soit au cœur de notre préoccupation. Le Bénin est un et indivisible, nous travaillerons à ce que tous les citoyens soient associés et impliqués. Une fois encore je vous remercie. N’écoutez pas ceux qui demandent de boycotter. Tous aux élections ! Tous devant les bureaux de vote le 11 avril très tôt le matin, et que chacun surveille le vote pour que les résultats soient ce qu’ils doivent être. Encore une fois, nous comptons sur vous. Ici c’est Paul Hounkpè, candidat à la vice-présidence et secrétaire exécutif national de Force Cauris pour un Bénin Emergeant.
Merci !

 

Message du duo Patrice Talon, Madame Chabi Talata Zimé

Béninois, béninoises.
Mes chers compatriotes.
Je m’appelle Ayadji Omonladé Hodonou Sourou Jacques, et je m’adresse à vous au nom du duo Patrice Talon, Madame Talata Zimé dans le cadre de l’élection présidentielle du 11 Avril 2021. Je viens vers vous, pour vous dire pourquoi nous devons faire le choix du duo Talon-Talata. Et je voudrais m’intéresser à un secteur, celui des infrastructures routières pour avoir été simple endurant Directeur Général des infrastructures. Quel était, l’état des lieux le 06 Avril 2016, lorsque le président Patrice Talon prenait officiellement fonction ? Le président avait hérité d’un réseau routier peu construit avec des options d’aménagement non durable parce qu’à cette époque-là, nous avions une gouvernance qui tremblait devant les bailleurs de fonds. On n’a pas pu pendant ces temps là, avoir le leadership, le courage nécessaire pour dire aux bailleurs de fonds et autres institutions de financement liées au développement, que l’envie superficielle dans l’aménagement des routes n’est pas adaptée à un pays pauvre. Le président Patrice Talon a dit qu’il ne veut plus jamais entendre parler de ça. Nous avons hérité un réseau routier dans ce domaine là. Ensuite, nous avons hérité de 1 200 milliards de marché signé le 5 avril 2016, donc à moins de 24 heures de la fin du mandat, avec des axes dont les financements n’existaient pas. Et aujourd’hui, c’est visible. Il suffit d’aller à Boukombé et voir que la pente du désherbe qu’on parcourait avec beaucoup de peur au ventre, il suffit de voir la route des pêches certes, déjà en cours d’exécution avant 2016, mais totalement redimensionnée. Et qui aujourd’hui va se poursuivre jusqu’à la bourse du hall avec un projet touristique énorme. Vous avez le boulevard de la Marina, vous avez la traversée de Porto-Novo-Akpro-Missérété, vous avez la route qui part de Covè jusqu’à Paouignan en passant par de Zangnanado, vous avez aujourd’hui Dassa-Parakou, et dans les villes, le grand projet asphaltage. Voilà ce que nous avons fait pendant cinq ans. Voilà, là où nous en sommes arrivés cinq ans après pour montrer qu’au Bénin, c’est aussi possible de penser le développement d’une autre manière. Comme notre document de campagne le dit, on comprend maintenant qu’au Bénin, le développement ça y est.

Dans le secteur infrastructure routière c’est l’aménagement de Beroubouey-Kandi-Malanville, dont les marchés sont signés et le démarrage éminent. C’est également Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara, dont tout est presque fini, et les travaux vont démarrer dans les jours ou semaines à venir. C’est Banikoara-Karimou frontière Burkina qui est en démarrage, c’est Koutakoundé, c’est Ouidah-Kpomassè-Allada, c’est Guéné-Karimama, c’est l’autoroute Sèmè Porto-Novo avec la construction du nouveau pont sur le fleuve Ouémé, c’est le contournement Nord de la ville de Cotonou. Les quelques projets que je viens de citer sont significatifs, et lorsque le président va se rassoir à nouveau dans la plénitude de ses fonctions du président de la République, nous en aurons plus, plus et plus. Et c’est pourquoi, nous n’avons pas d’autres choix contraire que de voter pour le duo Talon-Talata. Voter pour le duo Talon-Talata pour démontrer que l’humanité a deux pôles, le pôle masculin et le pôle féminin. C’est le seul duo aujourd’hui sur les trois que nous avons en compétition, qui a valorisé la femme. Voter pour le duo Talon-Talata, c’est la poursuite de ces différents projets, c’est la poursuite du projet asphaltage, la poursuite de la construction des marchés modernes, la poursuite de la construction des stades que nous avons enclenché pendant ces cinq ans. Il ne faudrait pas que la dynamique s’arrête en si bon chemin, et que nous ayons encore cinq ans pour lancer complètement le Bénin pour que plus jamais nous puissions aller en arrière. Voilà pourquoi je vous demande de faire comme moi et de voter pour le duo Talon-Talata.

Article Categories:
A la une · Actualité · Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.