DÉCENTRALISATION AU BÉNIN : Sarako Tamou hisse Banikoara parmi les communes ordinaires de type 1 . La Preuve d’une bonne gestion des recettes communales

2 ans ago | Written by
6 774 vues
0 0

 

La gestion des affaires locales de la commune de Banikoara pour le compte de la 3e mandature a été assurée avec succès sous le règne du maire Bio Sarako Tamou. Un récent rapport publié par le ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale à travers la Commission Nationale des Finances Locales (Conafil) sur les recettes de fonctionnement des communes au cours de l’année 2018 confirme cette bonne gouvernance. Le rapport montre que sur les 74 communes ordinaires, 7 sont parvenues à mobiliser plus de 500 000 000 F Cfa de recettes de fonctionnement les classant désormais dans le rang des communes ordinaires de type 1. Parmi ces 7 communes, figure celle du jeune maire Bio Tamou Sarako qui vient à la 5è position avec des recettes de fonctionnement de 619.056.754 F Cfa exécutés sur une prévision de 689.749.000 f Cfa en 2018. Cette performance vient une confirmer la bonne gestion et le dynamisme du maire Bio Sarako Tamou.

Selon les données de la Conafil de 2018, 7 communes ordinaires arrivent à dépasser 500 millions F cfa de recettes de fonctionnement. Parmi celles-ci, figure en 5e position la commune de Banikoara de Bio Sarako Tamou. Ainsi, cette commune est classée dans l’organigramme des communes ordinaires de type-1. Des chiffres de l’institution, il ressort que sur 689 749 000 F cfa de recettes prévues, la commune de Banikoara a pu exécuter 619 056 754.

L’examen et l’adoption par le conseil communal, le jeudi 26 mars 2020, du compte administratif a permis aux élus communaux de se rendre à l’évidence des efforts de l’exécutif communal à faire de Banikoara une commune économiquement viable. Il ressort donc que la cité des Banigansé affiche de bonnes performances et les équilibres financiers sont au vert. Toutes ces performances témoignent de la bonne gestion des affaires de la commune par le maire Bio Sarako Tamou. Cela prouve également à suffisance la qualité de la gouvernance imprimée à l’administration communale depuis environ 5 ans. L’on peut dire sans risque de se tromper que la réélection de Sarako Tamou n’est pas un fait de hasard. Les populations de la cité des Banigansé peuvent donc lui faire confiance en matière de la gestion des fonds de la commune.
Il faut rappeler que les communes d’Abomey-Calavi, de Bohicon, de Sèmé-Kpodji et de Ouidah, viennent respectivement en premier, deuxième, troisième et quatrième position. La commune de Lokossa occupe la sixième place et celle d’Allada la septième.

 

Wilfried AGNINNIN

Article Categories:
A la une · Actualité · Décentralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.