EDITO : Boni Yayi, enfin prêt pour l’exil ?

3 ans ago | Written by
6 050 vues
0 0

EDITO

Boni Yayi, enfin prêt pour l’exil ?

Juste au lendemain de son audition manquée du vendredi 7 juin dernier en son domicile, les avocats de l’ancien président de la République sont montés au créneau le samedi 8 juin pour faire savoir à l’opinion nationale qu’internationale que Boni Yayi est pour le moment dans un état grabataire faute de suivi médical par son docteur empêché de lui rendre visite dans son domicile. Au vue de l’état critique de sa santé, les avocats de l’ancien chef de l’Etat ont exigé que leur client soit évacué hors du pays pour des soins adéquats. Pour maître Paul Kato Atita, si rien n’est fait dans l’immédiat, le Bénin risque de perdre l’un de ses dignes fils. Donc, l’évacuation sanitaire se présente comme l’ultime solution pour sauver Boni Yayi.
Ce souhait des avocats de Boni Yayi semble cacher une acceptation indirecte de l’exil politique par leur client. Une situation surprenante au vue de la position de l’homme au lendemain des dernières législatives. Mais, cette acceptation pourrait être bien plausible puisque depuis ces dernières élections législatives, le domicile de l’ancien président de la République est placé sous haute surveillance policière, le privant du coup de sortir librement et de faire ses bains de foules habituels. De plus, il se voit de plus en plus dans l’œil du Cyclone avec sa première interpellation par la justice de son pays.
Alors, la seule solution qui semble s’offrir à Boni Yayi est évidemment de prétendre être malade pour fuir la pression du pouvoir en place. Une idée qu’il aurait rejetée au début de ce long feuilleton qu’il prenait pour un court métrage.
Si cette proposition des avocats de Yayi arrive à recevoir l’assentiment de la justice béninoise, Boni Yayi serait obligé de quitter le territoire national et rejoindre la troupe des résistants à Paris afin mener le combat à distance. Dans le cas contraire, il sera obligé de rester sur place dans son domicile et boire le calice jusqu’à la lie.

Edouard ADODE

Article Categories:
A la une · Actualité · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.