EDITO : L’amère facture du Covid-19 !

2 ans ago | Written by
5 033 vues
0 0

EDITO

L’amère facture du Covid-19 !

Il n’y a plus autre actualité défrayant la chronique dans le monde outre la propagation du Covid-19 qui crée la psychose partout. En ce moment, peu sont les pays qui ne sont pas encore atteints par cette pandémie qui a commencé timidement en Chine en décembre 2019.
Depuis quelques jours, le Bénin est déjà à deux cas, ce qui justifie l’ampleur des mesures prises par le gouvernement qui aujourd’hui semble être au-delà de la vitesse de propagation du virus. Quand bien même certaines langues estiment que le gouvernement doit aller plus loin en ordonnant la fermeture des écoles, universités, centres de formation, lieux de culte et même les marchés ; il est important de saluer la veille déclenchée par le gouvernement à travers le ministre de la santé Benjamin Hounkpatin qui visiblement a perdu tout sommeil en ce moment. Mais en attendant que l’exécutif n’accède à ces différentes requêtes de certains citoyens qui se montrent également préoccupés par cette situation déplorable, il urge de savoir ce que les béninois perdent déjà dans cette pandémie.
Bien que le nombre de cas confirmés est très insignifiant par rapport à ce qui se passe ailleurs notamment en Europe, les béninois paient déjà un lourd tribut dans cette affaire. Puisqu’à cause de cette pandémie, les entrées dans le pays sont très contrôlées ou presqu’interdites, l’économie béninoise est déjà contaminée par le Covid-19 au moment où les populations tentent d’observer les mesures gouvernementales afin de sortir indemnes du ravage de ce virus.
Alors, plusieurs activités économiques tournent au ralenti. Les grands hôtels et restaurants des grandes villes dont l’essentiel de leurs chiffres provient des étrangers qui viennent dans le pays pour diverses raisons, sont presqu’en chômage technique. Il en est de même des entreprises du secteur de l’événementiel, qui, à présent voient tous leurs marchés mis sous le boisseau en attendant l’amélioration de la situation sanitaire.
Face à l’ampleur de cette pandémie, les béninois ne cessent de compter les jours tout en implorant le Ciel afin que très vite la situation revienne à la normale pour plus de joie dans les cœurs.

Edouard ADODE

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.