EDITO : Meeting dans la frayeur !

1 an ago | Written by
3 552 vues
0 0

A quelques jours de la présidentielle du 11 avril prochain, certaines communes du Bénin ont été le théâtre de manifestations de colère avec notamment, les barricades des voies mais aussi et surtout, des pneus brûlés. Cette psychose risque d’être répandue à travers tout le pays et pourrait jouer sur le scrutin présidentiel. L’opposition au régime en place soutient que l’élection présidentielle prochaine ne tient pas compte des aspirations du peuple. Bon nombre d’acteurs de l’opposition ont juré que le scrutin sera de nul effet et ont très tôt appelé à un vote blanc.

La date du 06 avril jadis consacrée à la passation de charge du nouveau président de la République est considérée par l’opposition comme la fin du règne de l’actuel régime oubliant la réforme constitutionnelle opérée à la loi fondamentale. Le Bénin a toiletté sa constitution pour allier le développement au progrès avait indiqué le porte-parole du gouvernement. Il va donc dire que les réformes à savoir l’alignement des mandats pour des élections générales en 2026 participent à la gestion efficiente des ressources publiques. Les béninois déçus par la gouvernance devront dialoguer avec le gouvernement et éviter des actes de vandalisme sur les édifices publics.
Force doit rester à la loi. Le gouvernement devra mettre la balle à terre et tendre la main à ces compatriotes qui à tord où à raison ruminent. Les forces de défense et de sécurité doivent dissocier quant à elles, les actes d’incivisme aux manifestations d’humeur. La paix doit être privilégiée à tout prix.

S.A.A

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.