EDITO : Qui entretient la peur au Bénin ?

4 ans ago | Written by
9 119 vues
0 0

EDITO

Qui entretient la peur au Bénin ?

Le vendredi 18 janvier dernier, la deuxième session ordinaire des évêques de l’église catholique du Bénin au titre de l’année 2018-2019, a connu son épilogue. A la sortie de cette conférence épiscopale, un communiqué final a été publié pour renseigner sur la substance des discussions entre les évêques. Dans ce communiqué, la conférence épiscopale a fait le constat de ce que le climat socio-politique serait chargé de peur. Même si pour la conférence épiscopale ce climat de peur est en voie d’amélioration, elle a manqué de préciser l’origine ou l’auteur de cette panique remarquée et même ceux qui sont habités par cette peur.

Cependant tout porte à croire que cette peur a bien une source politique non précisée. Alors si cette peur est politique, sûrement qu’elle serait attachée aux différentes réformes qui sont actuellement en cours dans le pays. Ces réformes qui visent à assainir la gouvernance et réinstaurer la valeur de l’Etat par une lutte sans merci contre la corruption et l’impunité, engendrent bel et bien des grincements de dents partout dans le pays. Donc, si ces réformes font peur, elles le feront plus à certains cadres qui auraient des dossiers cachés et qui craindraient d’être rattrapés par ces affaires.

Par conséquent, le vrai auteur de la peur au Bénin, serait donc l’auteur des réformes en cours. Cet auteur qui n’est nul autre que le chef de l’État Patrice Talon.

Mais, si cette peur a pout but de sécuriser les fonds publics et rendre gorge à ceux qui ont pillé l’économie béninoise à quelques niveaux que ce soit, elle est donc à encourager. Néanmoins, si la peur dont il est question est dans le but de terroriser les autres pour mieux se servir ou servir ceux de son camp, il serait bien que l’ordre normal soit rétabli pour le bonheur de tous les béninois.

Edouard ADODE

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru