ÉDITO : Rupture sans résistance !

3 ans ago | Written by
6 475 vues
0 0

ÉDITO

Rupture sans résistance !

Comme un rouleau compresseur, le pouvoir de la rupture continue de tenir en respect toute résistance sur son chemin. Ainsi, face à la détermination du président Talon d’engager de grandes réformes dans tous les secteurs de la vie publique pour permettre au Bénin de retrouver de nouvelles bases pour son essor économique et social, le gouvernement de la rupture applique avec maestria ses thérapies sans grandes résistances. Des thérapies qui causent des grincements de dents un peu partout dans le pays.

Très tôt, le chef de l’État a su arracher aux travailleurs, l’arme avec laquelle ils ont, tout le temps, combattu tous ceux qui semblent s’opposer aux intérêts de certains intouchables de la République. Du coup, le temps des grèves sauvages et sournoises est du passé. Alors, plus jamais la vie des malades ne pourra plus être prise en otage contre des revendications corporatistes teintées d’utopie.

L’école a cessé d’être le théâtre des réclamations fantaisistes d’enseignants manipulés par des télécommandes invisibles. Désormais, les portes des tribunaux restent ouvertes, même si le personnel de la maison justice doit aspirer à de meilleures conditions de travail. Ces exploits du chef de l’État seront gravés en lettre d’or dans les annales de l’histoire.

Cependant, au plan politique cette rouleau compresseur semble fait plus de mal que de bien. La rupture évolue sans avoir en face une véritable opposition. Toutes les forces qui, jusque-là, ont tenté de se mettre sur le chemin de ce rouleau compresseur, ont été étouffées avant d’être broyées. Par conséquent, en dehors de quelques agitations d’un résidu de politiciens plus ou moins têtus, le terrain politique est dominé par une seule voix qui entend d’ailleurs tout conquérir.

Alors, dans ce climat très peu ordinaire, l’on se demande si la démocratie est encore en vie dans ce pays qui longtemps a servi d’exemple dans la sous-région. Puisque nul n’ignore le principe selon lequel la force de toute démocratie réside dans le respect de la diversité des opinions politiques.

Alors, il est temps que l’ordre soit rétabli sur ce terrain pour la naissance d’une véritable opposition politique avec des statuts bien définis renforcés par des droits inaliénables.

Edouard ADODE

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *