FUSION UP-PRD ET EXIGENCE DE LA SAUVEGARDE DE L’IDENTITÉ DU PARTI DE L’ARC-EN-CIEL : Houngbédji veut aller au paradis mais refuse de mourir

2 mois ago | Written by
15 385 vues
0 0

Au Bénin, deux formations politiques fusionnent tout en gardant chacune son identité. Ceci sort de l’ordinaire quand on sait que la fusion signifie le mélange et quand on mélange deux éléments, ils deviennent un. Adrien Houngbédji à travers son Parti du Renouveau Démocratique (Prd), veut fusionner avec l’Union Progressiste sans se mélanger à cette dernière. C’est comparable à quelqu’un qui veut aller au paradis mais refuse de mourir.

Barnabas OROU KOUMAN BOK

Au Bénin l’univers politique connait des perturbations depuis l’avènement du pouvoir de la rupture en 2016. Cette perturbation a provoqué la disparition de plusieurs partis politiques et l’apparition d’autres. Parmi les partis qui peinent à disparaitre malgré le climat très agité, figure le Parti du Renouveau Démocratique (Prd) du Maître Adrien Houngbédji.

Adrien Houngbédji, de son destin d’opposant à celui de mouvancier à tout prix

Adrien Houngbédji est un dieu de la politique béninoise à qui la politique a malheureusement toujours joué de sales tours. C’est clair, le roi des choco-choco aime la politique mais visiblement cet amour n’est pas réciproque. Plusieurs décennies de lutte politique malgré son hégémonie dans certaines régions du Bénin ou l’arc-en-ciel est comme une religion, Adrien Houngbédji n’est jamais parvenu à se hisser à la magistrature suprême du Bénin. À un moment donné, l’homme a décidé de ne plus faire l’opposition; donc plus question d’idéologie mais d’intérêt. Après l’échec de la mouvance qu’il a soutenu en 2016, Adrien Houngbédji et son Prd ont sauté pied joint dans la mouvance présidentielle du pouvoir de la rupture. Patrice Talon, chantre de la rupture, a même eu droit de la part de Houngbédji, à un discours flatteur qui incriminait le pouvoir défunt en faveur de lui. « l’État dont vous avez hérité était un État saccagé, fragilisé, fragmenté, banalisé, descendu de son piédestal et dans lequel tout ou presque tout devrait être réformé », avait laissé entendre l’ancien Président de l’Assemblée Nationale Adrien Houngbédji, à l’occasion d’une cérémonie de présentation des vœux en janvier 2018. Comme pour répondre à son cri de cœur, Patrice Talon a entrepris la réforme du système partisan qui visait à avoir de grandes formations politiques en lieu et place des clubs électoraux et des micropartis.

Préservation de l’identité du Prd, le malheur de Houngbédji ?

Le Prd n’a jamais voulu laisser l’identité de son parti. Cette volonté, en son temps, n’a pas permis la dissolution dudit parti dans le Bloc Républicain. La conséquence a été nette, aux élections communales, par défaut d’obtention des 10% qu’exige le code sur l’étendue du territoire national, le Prd a perdu tous ses sièges en faveur de l’Union Progressiste et du Bloc Républicain bien qu’il soit sorti premier dans plusieurs localités de l’Ouémé. Pour la première fois depuis des décennies, le Prd ne contrôle aucune commune du Bénin, même pas celle de Porto-Novo.

Ayant certainement tiré leçon de cette chute historique, le Prd tente à nouveau une nouvelle fusion sauf que, comme en 2019, il exige encore la préservation de son identité.

Houngbédji veut aller au paradis sans passer par la mort

Ça parle aujourd’hui de la dissolution et de la formation d’un nouveau parti à l’allure d’une alliance de partis politiques car tous les partis voudraient garder leur identité. Les tractations sont toujours en cours et plusieurs observateurs prédisent déjà la mort très prochaine du Parti du Renouveau Démocratique qui d’ailleurs pourrait entraîner son nouvel allié, l’Up dans sa chute.

Wait and see

Article Categories:
A la une · Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.