GRÂCE À LA COMPOSANTE 3.1 DU PROJET PEBS : Les parakois à l’école de Hampâté Bâ et de Senghor

4 semaines ago | Written by
5 462 vues
1 0

 

Deux grands spectacles de bonne facture qui font voyager à la découverte de deux figures emblématiques de la littérature africaine, deux légendes des classiques africains, Amadou Hampâté Bâ et Léopold Sédar Senghor. C’est ce à quoi ont assisté les populations de la troisième ville à statut particulier les samedi 28 et dimanche 29 mai à l’espace culturel Windékpè.

Une nuit avec Hampâté Bâ, est un spectacle mis en scène par Sèdoha Didier Nasségandé. Le comédien conteur Adékambi Carlos Zinsou a assuré la scène avec la complicité des musiciens tels que Fifonsi Tchibozo, Junior Toffi et Oréole Hounkpatin. Ce spectacle avait pour contenu l’alternance de la poésie, à la parole adressée au public et à des contes comme “Petit Bodiel” et “La querelle des deux lézards”, le tout achevé par le long discours d’Amadou Hampâté Bâ adressé à la jeunesse en 1985 à l’Unesco.

Le deuxième spectacle, une nuit avec Senghor a été sous la coupole du slameur Amagbégnon avec l’accompagnement sur scène des musiciens tels que Fifonsi Tchibozo et Mike Tognin. Il est mis en scène par Lylly Houngnihin. Pour le slameur Amagbégnon, c’était un plaisir de donner ce spectacle. « À travers ce spectacle, nous avons eu à caresser comme ambition de restaurer, de partager, de faire vivre la négritude par nous qui sommes les jeunes générations africaines. Parce qu’il était question d’aborder l’héritage de Sédar Senghor.», a-t-il ajouté

Pour le Directeur des Projets Spéciaux de Laboratorio Arts Contemporains Carhel Quenum, le projet Pebs vise essentiellement la cohabitation de la langue française avec les langues nationales pour améliorer la qualité de l’enseignement du Français. Les élèves doivent pouvoir renouer avec la lecture, savoir qu’il est important pour eux de réfléchir dans leurs langues nationales sans pour autant rejeter le français.

Il faut rappeler que ces spectacles s’inscrivent dans la composante 3.1 du projet Plurilinguisme et Enseignement au Bénin, Sensibilisation des acteurs de l’éducation (Pebs). Financé par l’ambassade de France au Bénin et piloté par l’Institut Français du Bénin par l’entremise d’Estelle Dagaut, la coordination au niveau local du projet est assurée par Laboratorio Arts Contemporains, représenté par Lylly Houngnihin, directrice exécutive.

Wahabou ISSIFOU

Article Categories:
A la une · Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.