LEGISLATIVES DE 2019 DANS LA 4E CIRCO NSCRIPTION ELECTORALE : Les probables têtes qui risquent de se cogner

4 ans ago | Written by
9 060 vues
0 0

LEGISLATIVES DE 2019 DANS LA 4E CIRCO NSCRIPTION ELECTORALE
Les probables têtes qui risquent de se cogner

Le rendez-vous pour la désignation des représentants du peuple au parlement est pour 2019. La 8è mandature siégera au palais des gouverneurs à Porto-Novo. Dans la circonscription électorale qui regroupe les communes de Kouandé, Kérou, Péhunco, Natitingou et Toucountouna, le match s’annonce très serré compte tenu des réalités socio-politiques qui caractérisent cette partie du Bénin. Cependant, des leaders politiques ne manqueront pas à ce rendez-vous. Une analyse minutieuse permet d’avoir une idée sur les probables candidats de la 4è circonscription électorale du Bénin.

Barnabas OROU KOUMAN

 

La 7è mandature des députés à l’Assemblée Nationale du Bénin est appelée à déposer le tablier en mars 2019. Siégera une nouvelle mandature, la 8è, pour les quatre ans. Comme dans toutes les circonscriptions électorales, deux forces seront en présence dans la 4è, celle de la mouvance présidentielle et bien évidemment l’opposition.

La mouvance présidentielle

Abdoulaye Gounou

Enseignant de droit dans les universités du Cames, il est présentement député appartenant au Bloc de la Majorité Parlementaire (Bmp) et vice-président de la commission des lois. Elu sur la liste Eclaireur en 2015 face aux ténors des Forces Cauris pour un Bénin Emergeant (Fcbe), l’He Abdoulaye Gounou part favori pour ces élections. Plébiscité lors des législatives de 2015 dans la commune de Kouandé, son appartenance au Bmp constituera pour lui, un grand atout pour aller à la conquête d’autres électeurs. Abdoulaye Gounou est sans aucun doute l’un des chevaux gagnants de cette course qui s’annonce palpitante.

Victor Dangnon Michel

Le premier maire de la commune de Péhunco à l’ère de la décentralisation a une expérience de huit ans au parlement et la carrure pour être en lice pour les législatives de 2019 dans la 4è circonscription électorale. L’ancien président du comité interparlementaire de l’Uemoa et actuel directeur du tourisme est l’un des hommes sur qui le président Talon peut beaucoup compter pour remporter la bataille de 2019. Très éloquent et fin calculateur, le fondateur du mouvement ‘’Laada’’ parait comme un cheval partant pour la prochaine joute électorale.

Jacques Yempabou

Le colonel de la douane à la retraite et actuellement directeur de renseignement douanier, Yempabou a montré sa force de frappe en 2015 en décrochant un poste à l’hémicycle avec la liste And dans une circonscription où les cauris raflaient tout. Ses intrigues avec la justice sur l’affaire de cumul de deux postes électifs sur plus d’un mois semblent lui avoir donné de l’expérience sur la chose politique. Il est l’un des premiers rupturiens de l’Atacora. L’enfant de Kabagou dans la commune de Kérou jouit d’une grande popularité chez lui mais aussi à Natitingou. Il pourrait être au front pour la députation de 2019.

Modeste Kérékou

 

Le fils du grand camarade Mathieu Kérékou a, aujourd’hui, fait taire ses détracteurs qui le qualifiaient du « fils à papa », lorsqu’il retrouvait les portes du Palais des gouverneurs avec le titre du plus jeune député en 2003. Il a occupé des postes importants sous Yayi dont celui du ministre des Sports. Très prévoyant, il divorce d’avec Yayi pour participer à la bataille qui conduisit le prince du nouveau départ au palais de la Marina. Actuellement membre du gouvernement, sa proximité avec le chef de l’Etat est un signe annonciateur de sa probable candidature aux législatives de 2019.

Maurice Katotcha Chabi

L’enfant terrible de Natitingou a retrouvé le Palais des gouverneurs suite à la démission de son titulaire, le colonel Yempabou. Membre du Bloc de la Majorité Parlementaire (Bmp), Maurice s’est fait un nom auprès du président Talon en lui montrant qu’il est un homme de confiance. L’admiration qu’il suscite auprès de la population de Natitingou montre qu’il peut reconquérir son poste lors des prochaines législatives.

Antoine N’Dah

Le maire de Natitingou est un homme sûr de l’alliance Abt dans la 4è circonscription. Sauf changement de dernière minute, il sera difficile voire impossible de mettre à côté l’actuel locataire de l’hôtel de ville de la cité des Nanto. Sa notoriété et sa sagesse l’avaient amené à rallier derrière lui d’importantes personnalités pour la cause de son leader, Abdoulaye Bio Tchané et par la suite au service de la rupture. Le consensus qui se fait autour de lui l’annonce au front pour 2019.

Christophe Kaki

Le professeur de géologie à la Faculté des Science et Technique de l’université d’Abomey-Calavi est un proche fidèle de l’honorable Barthelemy Kassa. C’est l’inconditionnel Directeur de Cabinet de Kassa alors ministre de l’énergie de l’eau et des mines. L’enfant de Toucountouna est très populaire chez lui comme son mentor à Matéri. Il constitue un pion sûr du président Talon dans la 4è circonscription électorale.

Les candidats de l’opposition

Mohamed Gibigaye

Membre de la minorité parlementaire, il a été élu sous la bannière des Forces Cauris pour un Bénin Emergeant (Fcbe) en 2015. Son non pour la révision de la loi fondamentale en avril 2017 l’a plus révélé aux populations de sa circonscription électorale, auxquelles il va sans doute soumettre sa candidature pour une deuxième élection.

Abiba Ouassangari

Ancien maire de la commune de Kérou, elle s’est fait élire député sur la liste Fcbe en 2015. Restée fidèle à l’ancien président Boni Yayi, la dame de fer appartient présentement à la minorité parlementaire. Elle sera certainement l’une des femmes candidates de la minorité dans la 4è circonscription électorale. Son leadership et sa loyauté pourraient une fois encore payer.

Naomi Azaria

L’ancienne ministre de la famille de Yayi et première femme ministre des sports du Bénin est très discrète de nos jours. Cependant, elle pose des actes sur le terrain sans trompettes ni tambours. Membre du bureau politique national des Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), elle est très pressentie pour défendre les couleurs de l’opposition dans la 4è circonscription électorale pour le compte de la commune de Péhunco.

Mèmounatou Kora Zaki

La dame de fer de la cité des Tatapouranou est une amazone qui pourrait se trouver au front pour les législatives de 2019. L’ancienne ministre du travail et de la fonction publique sous l’ère Yayi est beaucoup connue pour sa grande rigueur dans sa commune, Péhunco. Restée comme l’une des fidèles de l’ancien chef d’Etat, elle est probablement partante pour gagner un siège à l’hémicycle.

 

Abdoulaye Toko

L’ancien directeur général de la Sonapra sous le Général Mathieu Kérékou et Secrétaire général du même ministère sous Yayi est un grand habitué des législative dans la 4è circonscription électorale. Certaines indiscrétions affirment que sa proximité avec le président Talon l’avait coûté son positionnement lors des législatives de 2015. Homme de consensus à Kouandé, Abdoulaye Toko pourrait être au rendez-vous de 2019 pour défendre les couleurs de la mouvance.

La liste n’est pas exhaustive. D’autres candidats insoupçonnés pourraient se manifester à la dernière minute et d’autres pourraient également se désister face aux enjeux du temps. Pour l’heure, c’est encore la spéculation. Seul le temps peut véritablement nous édifier.

Article Categories:
Politique

Comments

  • Vraiment félicitations à Toko car le Bénin à besoin des gens qui tiennent leur parole et longue, courage, persévérance et succès à lui.

    Mabourouk SINATOUNDO 27 août 2018 13 h 56 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.