MALGRÉ LES MISES EN GARDE DU DDIC AUX REVENDEURS : La baguette de pain salé toujours livrée à 150 Fcfa à Parakou

3 mois ago | Written by
18 097 vues
0 1

À Parakou dans le Nord-Bénin, la baguette de pain salé de 160g continue d’être vendue à 150 Fcfa sur le marché. Ceci en dépit des mises en garde faites par le Directeur Départemental de l’Industrie et du Commerce (Ddic) Borgou-Alibori Parfait Sambiéni aux promoteurs de boulangeries et aux revendeurs de pain de la ville.

En effet, face à la hausse du prix des matières premières servant pour la production du pain notamment le blé, certains promoteurs de boulangeries et revendeurs ont décidé de revoir à la hausse le prix de la baguette. Ainsi, le pain ‘’bâtard’’ de 160g qui était vendu à 125 Fcfa par les revendeurs est passé à 150 fcfa en violation des textes régissant le secteur de la boulangerie et de la pâtisserie au Bénin.

Une situation qui en son temps, n’a pas laissé indifférent le Ddic Parfait Sambiéni. À travers une séance de travail le jeudi 17 mars 2022 avec les promoteurs des boulangeries et les associations de défense des droits des consommateurs de la ville de Parakou, l’autorité départementale a rappelé le contenu de l’arrêté du 23 mai 2005 qui fixe le prix de la baguette du pain de 160g à 112F dans les boulangeries et revendue à 125F aux populations. À en croire Parfait Sambiéni, ces prix restent et demeurent inchangés jusqu’à nouvel ordre. Il a pour cela rappelé les acteurs concernés par ce secteur, à l’ordre en ce qui concerne le maintien du prix de vente du pain à la boulangerie comme auprès des revendeurs.

Le constat sur le terrain

Quelques jours après cette mise en garde du Ddic, l’on constate que sur le marché, la baguette du pain salé de 160g est toujours cédée à 150 Fcfa par certains revendeurs indélicats. Toute chose qui prouve que la sortie de l’autorité n’a eu aucun effet.

Mais de leurs côtés, les revendeurs tentent d’expliquer les raisons du maintien de 150 Fcfa comme prix de vente de la baguette de pain de 160g. Selon Chérifa A. une vendeuse de pain au quartier Guèma, « à la boulangerie, le prix n’a pas baissé. On nous vend la baguette à 110f maintenant alors que par le passé on prenait ça à 100 f, ce qui nous permettait de revendre à 125 f ». De son côté Anick revendeuse de pain dans une école de la place explique, « On n’a pas le choix, à la boulangerie le prix n’est plus le même qu’avant. Ils crient partout que le prix du pain n’a pas connu d’augmentation, mais c’est faux. Compte tenu du prix d’achat auprès des producteurs, on est obligé de vendre le pain avec sandwich ou avocat à 250f au lieu de 200 f ».

Au regard de la situation, il va donc falloir que le Ddic Borgou-Alibori fasse des descentes sur le terrain afin de rappeler à l’ordre les différents acteurs. Et pourquoi ne pas organiser une rencontre avec ceux-ci afin de les écouter à nouveau

Samira ZAKARI

 

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.