MAUVAISE EXÉCUTION DES TRAVAUX D’ASPHALTAGE AU QUARTIER ZONGO DE PARAKOU : Le rêve de Talon brisé . À peine une pluie et les maisons inaccessibles . Quid de la mission de contrôle ?

3 mois ago | Written by
44 878 vues
0 0

Réalisés à coup de milliards, les travaux du projet asphaltage ne sont pas réussis partout à Parakou. Au quartier Zongo en particulier, le rêve de Talon est noyé dans ce que l’on pourrait qualifier de bricolage ou de désert de compétences. À peine une pluie tombée et la nouvelle voie asphaltée, quittant le marché Zongo de Parakou pour le quartier Amawignon, est inondée. La rue qui longe la clôture de la place Idi de Zongo n’existe même plus. Les riverains situés dans cette rue n’ont plus facilement accès à leur maison à pied. C’est très compliqué pour les motos de passer. Quant aux véhicules, les riverains qui avaient la malchance d’avoir leur voiture dans leur maison au moment de la pluie, doivent attendre dans environ 8 mois pour rêver pouvoir sortir leur moyen de déplacement. Pour ceux qui n’étaient pas présents au moment de la pluie, ils devront désormais garer à plus de 100 mètres de la maison et marcher pour rentrer chez eux.

Wilfried AGNINNIN

Tout comme plusieurs autres rues secondaires de la cité des Kobourou, celle longeant la clôture de la place Idi de Zongo dans le troisième arrondissement de la ville de Parakou est dans un état de dégradation qui ne dit pas son nom. Difficile pour les usagers de cette voie secondaire de circuler librement. Que l’on soit à pied, à moto ou encore à véhicule, il faut mettre assez de temps pour pouvoir rallier son domicile. La situation s’est empirée après la pluie survenue dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 mars 2022.

Le cri de cœur des usagers

Les usagers rencontrés pointent d’un doigt accusateur l’entreprise Sinohydro et la mission de contrôle en charge des travaux d’asphaltage de la rue quittant l’entrée ouest du Camp Séro Kpèra de Parakou pour le goudron Boni Yayi. Pour Aminatou V., c’est un véritable chemin de croix. « Ils sont venus nous faire la voie, mais cela a amené un autre problème. Avant les travaux d’asphaltage, il n’y avait pas de problème, s’il pleut l’eau passe normalement, mais après ces travaux on n’arrive plus à avoir accès à nos maisons surtout pendant la saison pluvieuse. La voie est complètement gâtée, surtout moi ma chambre est complètement inondée. On a interpellé les autorités, mais jusque-là rien n’a été fait », s’est-elle désolée. Akim A., un autre usager de ce tronçon dénonce l’état de dégradation de cette rue. « Vous-même vous avez vu que c’est seulement une seule pluie qui vient de tomber et que cette voie est dégradée ainsi. Ce ne sont pas les chinois, ce sont les techniciens béninois qui ont fait des études sur le terrain », a-t-il fait savoir. À en croire Moustapha S. un autre usager, la mairie n’a toujours pas tenu sa promesse, celle de corriger le tir. « La mairie nous a fait la promesse fatiguée, qu’elle va venir réparer cette voie. Mais c’est resté comme ça. Moi je gare mon véhicule à la maison, je ne peux pas venir avec mon véhicule, je viens avec ma moto. Je ne peux pas venir pour me fracturer les pieds », a-t-il relaté.

Aminatou V. appelle pour sa part les autorités à réagir. « Moi je passe par votre canal pour implorer la diligence des autorités pour qu’elles puissent nous venir en aide. Parce qu’à chaque fois qu’une goutte d’eau tombe, ce n’est pas la joie », a-t-elle appelé. De son côté, Akim A., pense, « On va demander pardon au maire, pour que lui-même vienne regarder l’état de la voie. Que les autorités nous fassent les caniveaux ».

Face à cette situation déplorable, l’entreprise Sinohydro et la mission de contrôle doivent prendre leurs responsabilités afin de corriger le tir avant l’installation proprement dite de la saison pluvieuse. En attendant, les usagers continuent de souffrir le martyre.

Article Tags:
· ·
Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.