METIER DE VITRIER : Des spécialistes dans le maniement du verre

3 ans ago | Written by
18 489 vues
1 0

METIER DE VITRIER

Des spécialistes dans le maniement du verre

Bien que les choses aient évolué et changé, certaines professions ont su s’adapter au gré de ses différentes mutations. Tel est cas du métier de vitrier qui continue de faire son petit bonhomme de chemin et surtout est en plein essor dans la ville de Parakou ses dernières années. Ils sont installés un peu partout dans tous les coins de la ville ses artisans vitrier offrant leur service à la population. C’est un métier très attractif certes mais il convient de connaitre quels sont les avantages et les inconvénients liés à ce métier.

Samiratou ZAKARI (Stg)

S’il existe une activité qui connait un grand développement aujourd’hui dans la ville de Parakou, c’est celui du vitrier. En général, le vitrier est cette personne qui fabrique, vend et pose les vitres. Pour l’habillage d’une maison ou d’un immeuble en verre l’intervention d’un vitrier est indispensable. Ils sont aussi souvent sollicités pour réaliser les travaux de vitrages dans les hôtels, les bureaux. «Le vitrier fabrique des pièces en verre mais il fait aussi des travaux de remplacement, de réparation ou de réfection d’éléments fissurés ou cassés. Il sait mesurer, découper, tailler, manipuler toute sorte de verre qu’il soit teinté, double, opaque », a éclairé Mèdégbon Janvier, maitre vitrier au quartier Wansirou de Parakou. «  Il n’y a pas de diplôme spécifique de vitrier ni d’école propre dans le métier, néanmoins il faut une formation de 4ans maximum dans un atelier de vitrerie pour être formé dans ce métier », a-t-il ajouté

Des qualités que doit avoir un vitrier

Tout d’abord le savoir être du vitrier est d’une importance capitale. Il doit être en bonne condition physique car une intervention peut nécessiter le soulèvement de lourdes charges. Les vitres de grandes dimensions sont souvent lourdes et nécessite une certaine force. A cela s’ajoute une grande force et de la méticulosité. Etre adroit est donc impératif. Aussi le bon vitrier doit être attentif. Il est tenu de cerner rapidement les attentes de son client et de respecter les points clés de la commande. Pour y arriver, il faut donc un maximum d’organisation et une aptitude à travailler sous pression. La profession de vitrier est un métier noble qui malgré la morosité économique du pays arrive à nourrir son homme.

Des avantages du métier de vitrier

Plusieurs avantages sont à mettre au compte de la profession d’artisan vitrier. Premièrement, l’évolution de cette profession a permis à ceux qui l’exercent de devenir de véritables artisans. Le métier de vitrier permet de donner un caractère esthétique aux constructions. « Aussi l’installation des vitres dans les immeubles permet d’assurer la sécurité des usagers de cette maison car avec les vitres ont arrivent à mieux surveiller toutes la maison même du haut de sa chambre », a confié Mèdégbon Janvier. On peut noter aussi le caractère polyvalent de la profession : Les commandes affluent et diffèrent selon leurs natures et leurs exigences. Aussi, « Ce métier arrivent plus ou moins à nourrir son homme dans la ville de Parakou, car quand les commandes affluent ont arrivent toujours à avoir pour son compte », a-t-il ajouté. Malgré les avantages de ce métier quelques inconvénients sont à noter quand même.

Des inconvénients liés au métier

Plusieurs difficultés sont à noter dans le métier de vitrier. La première difficulté est celle des matières premières de travail. La plupart de ses objets ne se trouvent pas souvent au Bénin, ce qui fait que les professionnels du métier ont toujours du mal à s’approvisionner afin d’offrir de meilleur service à la clientèle. Il y a aussi le problème de concurrence observée sur le terrain. « Nous sommes nombreux aujourd’hui à exercer ce métier dans la ville de Parakou. Et cela fait que quand les clients viennent, tu leur fait le dévis si cela ne les arrangent pas ils te laissent et vont ailleurs. Ce qui fait qu’on est souvent obligé de faire des prix qui ne nous arrangent pas. Et cela ne motive pas à bien travailler, car on travaille pour gagner quelques chose en retour », a laissé entendre Mèdégbon Janvier. Le second inconvénient est d’ordre physique.

Dans ce métier l’employer est appelé à travailler le verre qui coupe et blesse. « Aussi, ont est souvent appelé à travailler sur des hauts chantiers et le risque de tomber du haut de l’immeuble est là », a confié le maitre vitrier. Aussi le vitrier manie différents outils coupants comme les scies, les tenailles, le coupe-verre, le diamant, ce qui occasionne toujours des accidents de travail. Le métier de vitrier demande assez de concentration donc n’est pas accessible à tout le monde puisqu’il faut être à la fois rapide, efficace prudent et surtout calculateur. Il faut dire que le nombre d’apprentis enregistré dans ses ateliers constituent un obstacle à la pérennisation du métier.

Néanmoins il urge de prendre des dispositions surtout en s’organisant en des coopératives et mettre ensemble les idées pour mettre fins aux problèmes de concurrences observée. Aussi l’Etat doit alléger la peine de ses artisans en ouvrant des marchés de vente de verre et d’aluminium au Bénin pourquoi pas en formant des jeunes à la fabrication de ses objets ce qui permettra le développement du pays grâce à la consommation locale.

Article Categories:
A la une · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.