PRESIDENTIELLE DE 2021 AU BÉNIN : Les Fcbe disent oui au parrainage

2 ans ago | Written by
7 058 vues
0 0

 

Pour les élections présidentielles à venir au Bénin, les candidats aspirants au fauteuil présidentiel devront remplir l’une des critères les plus importantes qu’est le parrainage issu de la nouvelle charte des partis politiques. Les candidats doivent avoir le soutien d’au moins 16 députés et ou maires avant toute présentation.
Ainsi, plus 2021 approche plus des voix s’élèvent de part et d’autres au niveau de la classe politique pour apprécier cette option de parrainage initiée par le chef de l’Etat Patrice Talon.

À cet effet, le parti des Forces Cauris pour un Bénin Émergent (Fcbe) a baau cours de la rencontre de renforcement des capacités des conseillers communaux du Borgou qui a eu lieu le samedi 12 septembre dernier, donné son point de vue dans le débat sur le parrainage.
Selon Yaya Garba membre influent de ce parti, les Fcbe sont pour l’option du parrainage. « Le parrainage tamise les candidatures mais n’est pas exclusif. Si des candidats sans parti politique, comme le professeur Joël Aïvo se dit confiant de pouvoir satisfaire à cette exigence, ce n’est pas le plus grand parti de l’opposition qui a six maires qui ne pourrait pas trouver des parrains députés et maires afin de prendre part à cette élection », a rassuré l’édile de Bembéréké.

Sur la question du financement de leur participation à cette joute, les Fcbe misent sur l’appui des partisans de ce parti et plus précisément sur le financement du public, les cotisations des membres et les partenariats a fait savoir l’ancien ministre d’Etat de Boni Yayi Alassane Soumanou Djemba qui a précisé par la suite qu’« il n’y aura pas de présidentielle en 2021 au Bénin sans l’opposition. Le parti Fcbe pendra part aux élections avec ses deux candidats aux postes de président et vice-président. Nous n’acceptons pas un match amical avec le président Patrice Talon pour 2021 ».
À en croire le secrétaire national adjoint du parti, les Fcbe préparent activement le terrain pour succéder au chantre de la rupture. Pour ce qui est de leurs participations aux séances d’échanges organisées par l’État centrale avec les différents partis politiques, l’ancien ministre de la défense sous Boni Yayi a fait savoir que cela entre dans le cadre de l’animation de la vie politique par les différents partis peu importe leurs idéaux. « Nos rencontres et échanges avec le pouvoir en place est la manifestation de la démocratie. Dans quel pays démocratique vous avez vu que l’opposition n’échange pas avec le pouvoir en place ? Nous devons participer à l’animation de la vie politique du pays », a martelé Théophile Yarou.

L’homme a pour finir fait le bilan des activités organisées par le parti depuis l’obtention de leur récépissé.

 

Samira ZAKARI

Article Categories:
Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.