PROPOS XÉNOPHOBES DE L’EX MINISTRE ABOUBAKAR YAYA: Le procureur Nourou-Dine Bakary met en garde

2 ans ago | Written by
8 086 vues
0 0

PROPOS XÉNOPHOBES DE L’EX MINISTRE ABOUBAKAR YAYA

Le procureur Nourou-Dine Bakary met en garde

En cette période très sensible où la fièvre des communales et municipales monte de plus en plus, certains propos xénophobes sont diffusés par le biais de plusieurs canaux notamment à travers les réseaux sociaux dans la ville de Parakou. Cet acte qui est une grave violation des textes de la République notamment le code du numérique, est bien passible de peine. Ainsi, c’est pour mettre en garde les auteurs de ces propos xénophobes que le procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Parakou Nourou Dine Bakary vient de tenir un point de presse. Lisez l’intégralité de son avertissement.

Edouard ADODE

 

INTÉGRALITÉ DE LA DECLATION DU PROCUREUR

Depuis quelques semaines, on observe dans la huitième circonscription électorale, notamment dans la ville de Parakou, une propension d’invite à la haine, faite de propos injurieux et xénophobes.
Qu’il vous souvienne l’émoi causé au sein des paisibles populations et abondamment relayés à travers les réseaux sociaux au cours de la dernière décade du mois de février 2020 par les propos de l’ex ministre Yaya ABOUBACAR, stigmatisant directement une ethnie et des personnalités de la municipalité de Parakou.
Comme ci cela ne suffisait pas, et faisant l’apologie des propos tenus par l’ex ministre, le nommé Mouïdine BARAKA, a publié, il y a quelques jours, des pensées allant dans le même sens. Dans ses posts sur les réseaux sociaux, Mouïdine BARAKA s’est vertement attaqué à des leaders d’une formation politique et a invité certains probables candidats de cette formation politique à aller se positionner plutôt sur des listes de candidature, de leur région d’origine.
Saisi de plaintes relatives à ces diverses déviances et prenant en compte la sensibilité de la période actuelle, en raison des joutes électorales qui pointent à l’horizon, le Parquet d’instance de Parakou tient à rappeler de façon ferme à tous, que de tels propos sont proscrits et réprimés par la loi. En effet ces propos haineux et xénophobes sont scrupuleusement interdits et punis par les dispositions des articles 551 et suivants de la loi n° 2017–20 du 20 avril 2018, portant code du numérique en République du Bénin. Les auteurs de ces infractions encourent de lourdes peines d’emprisonnement et des condamnations à des amendes.
La présente déclaration de presse, tient lieu d’avertissement ultime. Des instructions fermes ont été données aux unités de police judiciaire, afin que tout propos susceptible d’inciter à la haine, à la xénophobie, à la violence, à la rébellion ou à tout autre trouble à l’ordre public fasse l’objet de procédure subséquente et diligente.
Par la même occasion le Parquet d’instance de Parakou, voudrait rassurer les uns et les autres de ce qu’il jouera pleinement sa partition, en vue de la préservation de l’ordre public, en tout état de cause.

Fait à Parakou le 15 mars 2020

Je vous remercie

Article Categories:
A la une · Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.