SÉCURISATION DE LA FERME SEMENCIÈRE D’ALAFIAROU : Les riverains sensibilisés

3 ans ago | Written by
6 705 vues
0 0

SÉCURISATION DE LA FERME SEMENCIÈRE D’ALAFIAROU

Les riverains sensibilisés

Échanger et sensibiliser les riverains sur la procédure de sécurisation de la ferme semencière d’Alafiarou, tel est l’objectif de la rencontre initiée le mercredi 23 octobre dernier par le gouvernement à travers la direction de la production végétale. C’était en présence du directeur de la production végétale Roland Zogblobossou, du représentant du préfet du Borgou Zacharie Adam, celui de l’Andf Soufianou Mama, du directeur adjoint de la police républicaine Fousseni Amidou, des têtes couronnées, sages, élus locaux et collectivités d’Alafiarou et ses environs.

Aliou TOUNDE

Dirigée de main de maître par Zacharie Adam, représentant du préfet du Borgou, cette séance s’est déroulée en deux phases. La première consistait à démontrer l’intérêt de la sécurisation de la ferme semencière d’Alafiarou. « Il y a ici des zones, des dimensions qui ont été déclarées d’utilité publique. Vous êtes des agriculteurs, des éleveurs. Nous vivons de ces activités. Par conséquent, nous devons faire en sorte que vos activités et celles de la ferme puissent cohabiter afin qu’ensemble on accompagne le développement de l’économie nationale…

Le débat se veut d’être franc », a introduit Zacharie Adam. Successivement, l’Ign, la police républicaine et l’Andf vont éclairer les riverains sur la topographie du domaine et des limitrophes de la ferme, les dispositions pratiques de la police républicaine et les différentes étapes de la procédure d’expropriation et d’indemnisation.

La dernière phase de cette séance s’est consacrée à une série de questions-réponses relatives aux inquiétudes des riverains. Entre autres inquiétudes exprimées, la question du dédommagement et de l’indemnisation était sur la plupart des lèvres. « Le chronogramme prévu par l’Andf a pris en compte toutes ces questions. Il y aura des comités qui seront là pour travailler sur la question de l’expropriation. Dès que le processus sera mis en œuvre, les riverains seront intimement impliqués et sauront quoi faire et comment faire » a tenté de répondre Roland Zogblobossou, directeur de la production végétale au ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

Au terme de la séance, les riverains se disent satisfaits tout en espérant que leurs différentes doléances seront prises en compte par l’autorité. « La séance est la bienvenue. Elle nous a permis, nous riverains, de savoir quand libérer les espaces pour la mise en place effective de notre ferme semencière », retient Adam Issiakou, agent à la mairie de N’Dali. « C’est vrai que les discussions vont se poursuivre entre les populations et le gouvernement afin que de commun accord, tout le monde soit satisfait », espère Karambade Ibrahim, un riverain.

Il faut préciser que le 2 mai dernier, un arrêté préfectoral portant déclaration d’utilité publique le domaine abritant la ferme semencière d’Alafiarou, dans la commune de N’dali, a été pris.

Article Categories:
A la une · Agriculture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.