UNIVERSITÉ DE PARAKOU/ APRÈS SA RETRAITE : L’ancien recteur Gandaho désormais pasteur et fondateur d’une église

2 semaines ago | Written by
3 514 vues
0 0

Du rectorat au pastorat, cela pourrait paraître incroyable, mais c’est bien vrai. Le recteur honoraire de l’Université de Parakou (Up) est désormais au service de Dieu. Ancien Doyen de la Faculté de Médecine (Fm) de l’Up, ancien vice-recteur, recteur de l’Université de Parakou de 2015 à 2021, le professeur Prosper Gandaho a été appelé à faire valoir ses droits à la retraite le 30 septembre 2021. Ceci, après les loyaux services rendus à la Nation béninoise pendant 30 ans. Le Professeur de Psychiatrie adulte, Prosper Gandaho a décidé de répondre à l’appel de Dieu en devenant son serviteur. Ainsi, il est désormais pasteur et fondateur d’une église évangélique. Il l’a fait savoir au détour d’une interview exclusive accordée à un média de la place. « Pendant que j’exerçais ma profession, j’ai eu l’appel de Dieu, aussi pour m’occuper des affaires de Dieu. Par conséquent, j’ai la responsabilité d’être à la tête d’une mission religieuse biblique à laquelle, je me consacre actuellement. Certes, les gens vont se demander en tant que professeur d’université, qu’est-ce qu’il cherche dans le domaine spirituel. Vous savez, l’homme est corps et autre chose qui est corps, est esprit. Ce qui a fait que n’ayant pas des qualités qu’il faut pour pouvoir diriger un groupe religieux digne du nom malgré l’appel, je me disais que j’ai des lacunes à combler et pendant ce temps (fonction), je mettais toutes les bouchées doubles pour recevoir des informations aussi bien locales qu’internationales pour avoir toutes les compétences nécessaires pour diriger un groupe religieux. C’est ce à quoi je m’attèle présentement », a-t-il fait savoir.

Du rectorat au pastorat, une longue histoire

Le Professeur Prosper Gandaho a reçu l’appel de Dieu dès son jeune âge qu’il hésitait à répondre. Mais face à l’insistance du Seigneur avec plusieurs témoignages des hommes de Dieu, l’ancien enseignant de l’Université de Parakou a décidé de répondre à l’appel du seigneur en devenant son serviteur. De même, avec son expérience dans le domaine de la santé, le professeur Gandaho justifie sa volonté de servir Dieu par le fait que certaines maladies n’ont jamais de solutions avec la science, mais curables avec Dieu. « C’est vrai, je suis né dans une famille catholique. J’ai fait tout mon primaire avec les catholiques, j’ai été même enfant de chœur. J’étais pressenti à continuer dans un séminaire, mais à force d’être dans un milieu où cela n’est pas possible, j’ai dû m’éloigner un peu du séminaire pour pouvoir étudier. Quand j’ai fini mes études, je me suis mis à travailler sur le plan scientifique cartésien. Et c’est justement, face à certaines situations qui interrogent, à certaines maladies quand vous utilisez le raisonnement cartésien jusqu’au bout, vous ne voyez pas clair. C’est là que je me suis dit, est-ce que du côté de la prière, je ne peux pas mieux voir? Ensuite, ceux qui ont fait des études bibliques ont reçu des messages qu’ils m’ont apportés, messages à travers lesquels l’Éternel demandait de me mettre à son service. J’ai hésité une fois, deux fois, trois fois, mais comme cela revenait à tout moment à travers les témoignages un peu partout au Bénin et même à l’international, je me suis dit qu’ils doivent avoir raison. C’est comme ça que je me s’y suis mis. Je crois que je ne me suis pas trompé parceque j’apprends beaucoup dans ce domaine », a-t-il laissé entendre.

Le professeur de psychiatrie, Prosper Gandaho au sujet de certaines maladies que l’hôpital n’arrive pas à guérir

Contrairement à nombre de médecins qui estiment qu’aucune maladie ne peut être guérie en ne recourant pas à la science, du haut de ses 30 années d’expérience dans le domaine médical, l’enseignant universitaire à la retraite, Prosper Gandaho défend qu’il y a des maladies auxquelles la science ne peut trouver de solution. « Quand j’utilise le raisonnement cartésien, il y a des maladies qu’on n’explique pas, pour peu qu’on s’intéresse au spirituel, quand on reçoit l’appel de Dieu. Quand vous associez le spirituel au cartésien, vous avez un meilleur succès. C’est pourquoi je dis que je regrette d’avoir mis tant de temps avant de m’accrocher au spirituel que je pouvais utiliser très tôt pour mieux soigner les malades », a-t-il confié.

Par ailleurs, l’éminent professeur et désormais pasteur évangélique pense que Jésus-Christ est Dieu et quiconque le sert ne connaitra pas d’échecs. « Dieu que nous adorons, le Dieu de Jésus-Christ, rien n’est au-dessus de lui. Si vous adorez vraiment ce Dieu-là, il vous donne toutes les armes, toute la protection, toutes les puissances nécessaires pour réussir sa mission. C’est vrai qu’il y a le diable qui cherche par tous les moyens à tenter, mais si vous vous conformez aux lois spirituelles édictées par les commandements de Dieu, soyez tranquille. Toutes les tentatives du diable vont se solder en échec et vous aurez toujours la victoire pour vous-même et pour votre famille », a-t-il dit pour finir.

Daniel KOUAGOU

Article Categories:
A la une · Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.