VACCIN CONTRE LE CORONAVIRUS : Un responsable de l’Oms émet des doutes

11 mois ago | Written by
9 641 vues
0 0

Le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (Oms) en Europe, Hans Kluge s’est prononcé vendredi 10 septembre 2021, sur l’évolution de la pandémie et la capacité du vaccin à vaincre la maladie.

Dans son intervention, le responsable de l’Oms a émis des doutes, sur la capacité de la vaccination, à stopper à elle seule, la pandémie vu la présence de multiples variants qui limitent l’ambition des décideurs, d’arriver à une immunité collective. Pourtant, Hans Kluge affirmait en mai dernier que « la pandémie serait terminée lorsque nous aurons atteint une couverture vaccinale minimale de 70% de la population mondiale ». Il a, par ailleurs, démontré que l’objectif de l’Oms qui était d’en finir avec la pandémie du siècle, à partir de la vaccination, est loin d’être atteint, car les nouveaux variant plus contagieux, comme la Delta a changé la donne. A l’en croire, même si le premier variant détecté en Inde sévissait déjà, « il n’y avait pas une telle émergence des variants plus transmissibles et plus viraux ». Il précise par la suite qu’avec l’émergence des nouveaux variants, l’objectif principal de la vaccination est désormais, d’empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité ».

Depuis 2 ans, le coronavirus s’est imposé en maître dans le quotidien des humains et n’a pas encore dit son dernier mot. Face à ce nouveau mode de vie auquel sont contraints les hommes, le directeur de l’Oms pense qu’il est important de penser à mettre en place une stratégie de vaccination à la transmission endémique et acquérir des connaissances sur l’impact supplémentaires.

Par ailleurs, les épidémiologistes indiquent qu’il serait impossible d’atteindre l’immunité collective uniquement à partir du vaccin, même s’il est tout de même important pour maîtriser la pandémie. De même, l’engouement pour la vaccination reste l’une des meilleures options, « pour réduire la pression sur nos systèmes de santé qui ont désespérément besoin de traiter les autres maladies que le Covid », a précisé Hans Kluge.

Samira ZAKARI

 

Article Categories:
A la une · Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.