17E SÉMINAIRE DE LA COMMISSION NATIONALE LINGUISTIQUE DITAMMARI : Un nouveau bureau installé

2 ans ago | Written by
16 501 vues
0 0

Les peuples du Bénin et du Togo ayant en partage la langue Ditammari ont tenu du jeudi 24 au samedi 26 février 2022, le 17ème séminaire de la Commission Nationale Linguistique Ditammari (Cnld). C’est l’arrondissement de Manta dans la commune de Boukombé, qui a abrité les travaux de ce séminaire. Et c’est le maire de la cité des Tata Aldo Calixte N’dah Kouagou qui a présidé les travaux en présence de la Kéran 3 du Togo, Augustin M’batchaga, du directeur départemental des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle de l’Atacora, Sarrè Nagnini, du collège des anciens présidents de la Cnld et bien d’autres.

Daniel KOUAGOU

Promouvoir l’art, la culture, la langue nationale Ditammari ainsi que le peuple Otammari. C’est l’objectif de ce séminaire qui a réuni des sommités et des populations de l’ère culturelle Kutammarikou venues des quatre sections que compte le Cnld. Ainsi, durant trois jours, les participants se sont penchés sur le thème, « Kutammarikou face aux défis de développement national et international ».

Dans son intervention, le chef de la délégation du Togo a remercié les responsables de la Commission Nationale Linguistique Ditammari (Cnld) pour cette initiative qui permettra aux participants de réfléchir sur les différents maux qui minent le développement du peuple Otammari. Ainsi, il s’est réjoui du fait que la commission continue par enregistrer des succès malgré les crises inhérentes aux hommes. Il a, pour finir, invité la jeune génération à continuer dans la même dynamique pour la pérennisation et la valorisation de la culture Tammari.

Quelques recommandations et sujets débattus au cours du séminaire

À l’issue du séminaire, plusieurs recommandations ont été faites à la Cnld et à toutes les autorités à divers niveaux, pour l’atteinte des objectifs. Ainsi, en ce qui concerne la Cnld, une remobilisation s’impose autour des centres d’intérêt qui touchent directement le peuple Otammari et le font entrer dans la mondialisation. L’alphabétisation étant le socle sur lequel repose la commission, elle doit s’adapter aux exigences des temps modernes par la formation des alphabétiseurs à la maîtrise de l’outil informatique et aux techniques nouvelles d’enseignement. Le Festival des Arts et de la Culture Tammari (Factam) quant à lui, sera dirigé par une Organisation Non Gouvernementale (Ong) désormais bras opérationnel de la Cnld.

Par ailleurs, la scolarisation des enfants, leur suivi et leur maintien à l’école jusqu’à la fin du cursus, a été l’objet d’un grand débat qui a abouti à des résolutions pertinentes qui impliquent tous les acteurs du système éducatif. Il a été également question de l’adaptation de la chefferie traditionnelle à la constitution du Bénin. Sur cette question, la plénière a recommandé aux garants des traditions et aux sages, d’enclencher le processus de désignation du représentant moral du peuple Otammari sur la base des textes et lois du Conseil des Anciens de Kutammarikou (CanKu) créé en 2015 et déclaré au journal officiel.

De même, le séminaire a proposé quelques recommandations pour l’épanouissement socioéconomique de la communauté Otammari. Il s’agit notamment de tirer des atouts et potentialités touristiques en particulier qui font légion dans la région et de bien capitaliser la chance que va lui offrir cette année l’Unesco par l’inscription au patrimoine mondial de sa partie Est à partir du Togo.

Installation d’un nouveau bureau

Au terme de ce séminaire, un nouveau bureau a été élu et installé. Reconduit à 97℅, il est présidé par le Professeur Justin Koubatché Natta. Les postes de Secrétaire Général (Sg) et de Trésorier Général (Tg) sont confiés respectivement à Nassikou Sékou Télesphore et Yantikoua Ina M’po Dominique.

Article Tags:
· · ·
Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru