EDITO : La musique et la débauche!

3 ans ago | Written by
11 004 vues
0 0

 

L’art de distraire et d’égayer les cœurs prend une nouvelle tournure avec l’essor d’une nouvelle génération d’artistes. Le plaisir de chanter s’effrite et laisse carrément place à une musique exclusivement de plaisirs pour les premiers acteurs. L’habillement projeté dans ces clips d’infortune, pousse à réfléchir sur l’avenir et le devenir de la musique béninoise.

C’est un secret de polichinelle. L’art musical au Bénin perd progressivement ses vertus. Les images obscènes sont renvoyées sans pour autant protéger la sensibilité des adolescents. Les paroles dénudées de bon sens sont malencontreusement exploitées et utilisées dans les chansons. Des termes qui portent atteintes à la pudeur et qui restent impunis par les docteurs de la loi.
Au Bénin, les artistes qui ont connu du succès dans ce domaine ont le vent en poupe et leurs morceaux suffisamment maitrisés par des jeunes gens déscolarisés et fanatiques de ces sonorités. Le secteur musical aujourd’hui est sans règles. Les ébats sexuels de nos stars inondent la toile sans être inquiétés.

Les thématiques souvent développés ne tournent qu’autour de l’amour et du sexe, domaines de prédilection par excellence de nos stars locales. Les thèmes comme le chômage, l’insécurité, le viol, la dictature, l’éducation sont rangés au placard au grand désarroi de la couche juvénile.

Pendant ce temps, les aînés de la profession observent sans piper mot face au déclin dans lequel tend la musique béninoise. Un silence coupable qui n’est cependant pas sans conséquence. Les populations devront quant à elles s’interdirent d’écouter des insanités proposées pour leur vriller le tympan. Cela y va de la rigidité du noyau de la société que représente la famille.

 

Spero A. AKOVOGNON

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru