EDITO : Noël avant l’heure !

3 ans ago | Written by
12 466 vues
0 0

 

Les béninois à l’instar des autres nations vont commémorer le 25 décembre prochain, la naissance de Jésus-Christ. Une célébration catholique qui a une connotation internationale en raison de l’ampleur et de l’emprise de l’événement. A 24 heures de cette célébration, écoles, administrations, entreprises et services ont sacrifié à la tradition. Les jouets soigneusement emballés sont offerts aux enfants en guise de souvenirs.
Les écoles habituées à une telle pratique ont été freinées dans leur élan en raison de la pandémie du coronavirus. Les grandes émissions télévisées de célébration de noël ont tout simplement raté le rendez-vous annuel. La rareté des ressources ont aussi contribué au rabais de la célébration dans les écoles que dans les lieux ordinaires réputés ne jamais manqué l’occasion.

Il en est de même pour les bienfaiteurs occasionnels qui ont disparu cette année comme le sel dans l’eau car, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Néanmoins, certains enfants ont pu avoir de présents, signe d’un noël avant l’heure. Les objets tels que les masques communément appelés Kaléta, les poupées à porter de main sont vendus comme de petits pains. Les marchés et les autoroutes sont bondés de monde telle une chine populaire.

Par contre, les enfants orphelins, déscolarisés, désœuvrés semblent être laissés pour compte par les bonnes volontés dans le cadre de cette célébration. Les gestes et compassions à leur endroit doivent se multiplier en cette veille de noël afin qu’ils se sentent heureux et dignes de vivre n’ont pas à l’instar des autres enfants, mais ne serait-ce qu’en recevant de petits cadeaux.

Spero A. AKOVOGNON

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru