ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AU SÉNÉGAL : Identités et projets de société des 19 candidats en lice

1 mois ago | Written by
28 821 vues
0 0

 

Pour le compte de l’élection présidentielle du 24 mars 2024 au Sénégal, 19 candidats sont en lice après la décision de la plus haute juridiction sénégalaise. Ces challengers tentent par des meetings de succéder au Président sortant Macky Sall. Il s’agit de Amadou Ba, Bassirou Diomaye Faye, Anta Babacar, Mahammed Dionne, Aliou Mamadou Dia, Habib Sy, Cheikh Tidjani Dièye, Mamadou Diao, Déthié Fall, Boubacar Camara, Mamadou Lamine Diallo, Pape Djibril Fall, Aly Ngouille Ndiaye, Thierno Alassane Sall, Malick Gackou, Idrissa seck, Khalifa Sall, Serigne Mboup et Daouda Ndiaye. La rédaction vous propose l’identité et les projets de société de ces candidats.
Ulrich DADO TOSSOU (Stg)

A quelques jours du scrutin présidentiel au Sénégal, la campagne électorale bat son plein. Ils sont 19 candidats en lice pour le fauteuil de président de la République du Sénégal, un record dans l’histoire politique du pays. Les camps d’opposition et de la mouvance se sont lancés dans une campagne accélérée pour convaincre les électeurs. Parmi ces candidats figurent des personnalités politiques possédant de longues expériences dans les affaires étatiques, des dirigeants des partis d’opposition bien insérés dans le milieu politique sénégalais et des candidats indépendants avec des parcours professionnels impressionnants.

Amadou Ba
Le candidat du camp présidentiel, ancien Chef du gouvernement, ministre des Affaires étrangères jusqu’en 2020 et ministre de l’Économie et des Finances de 2013 à 2019, est un inspecteur des impôts sorti de l’École nationale d’administration et de magistrature de Dakar. Il se présente au nom du camp présidentiel en candidat “de la paix” et de la “prospérité partagée”. Ministre des Affaires étrangères, au palais présidentiel de Dakar, le 16 février 2020, Amadou Ba promet de créer en cinq ans plus d’un million d’emplois pour une population d’environ 18 millions en misant sur un pacte public-privé et sur les investissements dans l’agriculture, l’industrie, les infrastructures et les énergies renouvelables. Il évoque ainsi la mise en place de 22 “projets phares”, dont les financements sont “acquis ou mobilisables”: création d’agropoles, développement de zones de transformation des produits dérivés du pétrole et des minerais.

Bassirou Diomaye Faye
Il est le remplaçant du leader du parti dissout d’Ousmane Sonko. Emprisonné depuis le mois d’avril 2023, il est poursuivi pour des actes de natures à compromettre la paix publique. Bassirou Diomaye Faye se veut le “candidat du changement de système”. Il promet une réappropriation de “souveraineté” et entend renégocier les contrats des mines et des hydrocarbures, réévaluer les accords de pêche notamment avec les acteurs étrangers. Ce candidat de l’opposition désire renégocier les accords de défense avec la France, et réformer les institutions et propose de limiter les pouvoirs du président tout en créant le poste de vice-président. Bassirou Diomaye Faye veut mettre en circulation une monnaie nationale, à la place du franc Cfa hérité de la colonisation dans plusieurs pays africains.

Khalifa Sall
Ancien maire de Dakar et candidat de l’opposition, il bénéficie d’une modification du code électoral, votée l’été dernier par l’Assemblée nationale, pour être habilité à se présenter. En 2018, cet ancien édile de Dakar a été reconnu coupable d’escroquerie de deniers publics, de faux et usage de faux dans des documents administratifs et de complicité en faux en écriture de commerce. Écopant d’une peine de cinq ans de prison, il recouvre sa liberté en 2019. Il veut réformer une République “abîmée”. Son projet de société s’ouvre sur les valeurs traditionnelles et familiales, les institutions, la justice, les libertés et les droits humains. Il propose de consacrer au moins 1.000 milliards de francs CFA (1,5 milliard d’euros) du budget national annuel à l’agriculture, de renégocier les accords de pêche. Khalifa Sall entend également procéder à un “état des lieux” de tous les contrats miniers, pétroliers et gaziers.

Idrissa Seck
L’ex maire de Thiès et ancien premier ministre âgé de 64 ans, prépare sa quatrième campagne présidentielle consécutive. Il est deuxième du dernier vote en 2019 à la faveur notamment de nombreuses invalidations de candidats de l’opposition. Idrissa Seck rallie ensuite la majorité présidentielle ce qui lui permet d’obtenir le poste de président du Conseil économique, social et environnemental (Cese), un organe consultatif jusqu’en avril 2023. À ce moment, l’annonce de sa candidature marque la rupture avec Macky Sall. Idrissa Seck a confirmé qu’il ne se rangerait pas sous la bannière présidentielle. Il énonce 281 mesures concrètes et veut accélérer le processus de création d’une monnaie commune aux pays ouest-africains. Le candidat consacre au minimum 60% des investissements publics aux territoires hors de Dakar. Idrissa Seck entend travailler également pour renégocier les accords de pêche avec la Mauritanie, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, la Sierra Leone et de rendre obligatoire le service militaire.

Anta Babacar Ngom
Elle est la seule femme candidate. “Identifiez-moi comme la candidate des femmes, identifiez-moi comme la femme candidate, je l’assume pleinement. Par contre, je suis la candidate de tous les Sénégalais”, affirme-t-elle au média Afp. Anta Babacar Ngom est cheffe d’entreprise et patronne depuis 2015 de la plus grande entreprise avicole du pays fondée par son père, la Sedim. Elle a pour ambition de briser les barrières et devenir la première présidente de la République de son pays. Son programme s’articule autour de la création d’emplois via l’aide au secteur privé, la protection de l’environnement, la gratuité des soins pour les plus vulnérables et une réforme du système éducatif avec des cours donnés dans les langues locales et non plus seulement en français.

Mahammed Dionne
Il fut premier ministre de Macky Sall et l’un de ses fidèles compagnons. Il a même été son chef de gouvernement de 2014 à 2019. Mahammed Dionne a ensuite été pendant un an le Secrétaire général de la présidence du président sortant. L’homme revient dans l’arène politique avec le soutien de son propre parti, ‘’Coalition Dionne’’. Dans son programme présidentiel, il promet une plus grande indépendance de la justice. Une fois élu à la tête du pays, il promet que le chef de l’État et son ministre de la Justice ne siègeront plus au Conseil supérieur. Le renforcement du secteur de l’hôpital en donnant la possibilité à tous les Sénégalais d’avoir accès à la santé grâce à la mise en place d’une assurance maladie universelle, fait partie aussi de son projet de société.

Aly Ngouille Ndiaye
Plusieurs fois ministre sous la présidence de Macky Sall, il est désormais un vieux routier de la vie politique sénégalaise. Ingénieur de formation, il a longtemps été un fidèle de Macky Sall et l’un des soutiens de la première campagne présidentielle de Macky Sall. Il est successivement ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Industrie de 2012 à 2017. Aly Ngouille Ndiaye devient ensuite ministre de l’Intérieur de 2017 à 2020. Lors de la formation du gouvernement du Premier ministre Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye est nommé ministre de l’Agriculture, de l’Équipement rural et de la Souveraineté alimentaire. Après la décision du président Macky Sall de ne pas briguer un troisième mandat. Il espère être le candidat de la coalition présidentielle Benno Book Yakaar. En septembre 2023, peu de temps après la candidature de Amadou Ba, il démissionne du gouvernement et se présente ensuite à l’élection présidentielle.

Habib Sy
Il a une longue carrière politique derrière lui et a été le maire de Linguere. Il a été plusieurs fois ministre et il fut directeur de cabinet du président Abdoulaye Wade. De 1995 à 1997, il fut directeur de cabinet d’Abdoulaye Wade alors ministre d’État. Habib Sy est ensuite nommé ministre des Infrastructures, de l’Équipement et des Transport en 2004 dans le gouvernement de Macky Sall de 2004 à 2006 sous la présidence d’Abdoulaye Wade. Il occupe ce même poste en 2007 toujours avant de devenir ensuite ministre de la Fonction publique, de l’Emploi et du travail. Habib Sy se rapproche du président Wade en devenant à nouveau son directeur de cabinet en 2009. Le projet de société d’Habib Sy se veut une alternative au Pse (Plan Sénégal Émergent), axée sur le développement durable, l’éthique et la modernisation des institutions.

Aliou Mamadou Dia
Il est le candidat du Parti de l’Unité et du Rassemblement. Aliou Mamadou Dia a travaillé pour le Pnud, le Programme des Nations Unies pour le Développement, agence onusienne d’aide au développement. Aliou Mamadou Dia se présente comme un candidat engagé pour le développement durable, la stabilité sociale et l’équité régionale, avec une expérience significative dans le domaine du développement en Afrique.

Boubacar Camara
Ancien directeur général adjoint des douanes, il milite pour un transfert de la capitale administrative à Thiès. Il entend également relancer le réseau ferroviaire dans le pays dans le cadre d’un investissement de plus de 4 000 milliards de Franc Cfa.

Cheikh Tidiane Dièye
Candidat du parti Avenir Sénégal bunu Bëëg, natif de Zinguichor, est perçu comme un proche d’Ousmane Sonko. Cheikh Tidiane Dièye s’engage dans le développement durable et l’équité sociale. Il ambition faire du Sénégal, un pays prospère et respectueux des valeurs républicaines.

Déthié Fall
Diplômé de l’École polytechnique de Thiès, Déthié Fall est un ancien compagnon de route d’Idrissa Seck. Il dirige le Parti républicain pour le progrès. Déthié Fall propose un programme axé sur la réforme institutionnelle, l’éducation, la justice et le développement durable.

Mamadou Lamine Diallo
Il est un intellectuel et homme politique. Il est le fondateur du Mouvement Tekki. Ingénieur de l’École Polytechnique de Paris et de l’École des Mines de Paris, Mamadou Lamine Diallo est Docteur en Économie de l’École des Mines de Paris en 1988. Cet économiste a travaillé entre autres pour la Banque mondiale. Il est député à l’Assemblée nationale. Mamadou Lamine Diallo propose un programme ambitieux pour réformer le Sénégal et répondre aux besoins de la population.

Pape Djibril Fall
Député à l’assemblée nationale, il se présente comme le “candidat de la jeunesse et de l’espoir”. Le programme de Pape Djibril Fall aborde des enjeux économiques, sociaux, religieux et sécuritaires pour le développement du Sénégal. Il est soucieux du bien-être de la jeunesse.

Malick Gackou
Il a obtenu un doctorat en sciences économiques à l’université de Varsovie. Il a été ministre des sports en 2012 puis ministre du commerce et de l’Industrie et du Secteur informel en 2013. Malick Gackou est aujourd’hui administrateurs de plusieurs sociétés privées. Son engagement dans l’agriculture vise à promouvoir la sécurité alimentaire, améliorer les conditions de vie, stimuler l’économie rurale et favoriser une gestion durable des ressources naturelles.

 

Thierno Alassane Sall
Il est ingénieur en télécommunication et en aviation civile. Thierno Alassane Sall travaille ensuite à l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna), basée à Dakar. Le candidat compte placer la santé des populations au cœur du développement, de façon systémique, intégrée et participative.

Mamadou Diao
Candidat indépendant, il a été le directeur de la Caisse des dépôts et consignations du pays. Il était dans la majorité présidentielle. Mamadou Diao, refuse la candidature d’Amadou Ba et se présente comme un dissident du camp présidentiel. Le présidentiable propose un projet de société axé sur la santé, le développement durable et l’équité sociale.

 

Daouda Ndiaye
Professeur Daouda Ndiaye, éminent parasitologue, est président fondateur de la mouvance social Actions. Ce candidat incarne l’espoir d’un Sénégal prospère et durable, alliant science, engagement social et vision politique. Le professeur compte s’appuyer sur les réalisations des présidents Macky Sally, Diouf et Wade pour asseoir un programme de développement durable.

Serigne Mboup
Il est un homme d’affaires et maire de Kaolack. Son projet de société vise à créer un Sénégal prospère, équitable et harmonieux où chaque citoyen peut réaliser son plein potentiel.
Ainsi, c’est dans ce lot de candidats que les électeurs sénégalais devront choisir à qui confier les rênes du pays. A rappeler que les projets de société des candidats ici présentés ne sont pas exhaustifs.

Article Categories:
A la une · Actualité · Internationale · Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru