ENSEIGNEMENT SECONDAIRE AU BENIN : Des patates chaudes entre les mains de Mahougnon Kakpo !

6 ans ago | Written by
13 127 vues
0 0

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE AU BENIN

Des patates chaudes entre les mains de Mahougnon Kakpo !

Le régime de la rupture a à son avènement amorcé de sérieuses réformes dans tous les secteurs vitaux du pays. Le sous-secteur de l’enseignement secondaire n’échappe guère à cette volonté et cette détermination du chef de l’Etat Patrice Talon. Cependant, après le passage de l’inspecteur de l’enseignement du second degré Lucien Kokou, suite au dernier remaniement ministériel, les rênes de ce ministère sont revenues de droit au professeur d’université Mahougnon Kakpo. Ce dernier est un connaisseur de la maison, donc a priori, il se présente comme une solution ou même une soupape pour la mise en œuvre des réformes dans le sous-secteur. Mais, après quelques mois de gestion, certains problèmes de ce ministère se révèlent comme de la patate chaude entre les mains du ministre qui est animé d’un désir sans pareil de révolutionner l’enseignement secondaire au Bénin pour le bonheur de tous ses acteurs.

Edouard ADODE

Le professeur Mahougnon Kakpo fait partie des perles rares de l’élite béninoise. Car, doté naturellement d’un verbe séduisant et d’une plume accrochante de par la haute qualité de ses productions. Il est impossible de citer les meilleurs écrivains contemporains au Bénin sans mentionner le nom de Mahougnon Kakpo, ce professeur de rang magistral est également un fin connaisseur de l’administration scolaire du Bénin, surtout celui du second degré. Pour y avoir servi sous les autres régimes défunts en qualité de directeur des examens et concours et même en qualité de ministre. Ainsi, aucun rouage de la maison ne lui échappe. Mais depuis qu’il a gagné la confiance du président Patrice Talon qui lui a confié à nouveau les rênes de ce secteur, il peine à retrouver ses couleurs qu’on lui connaissait. Du coup, certains problèmes du monde de l’enseignement secondaire se présentent comme des patates chaudes entre les mains de l’éminent homme de lettre hors pairs.

Quelques patates chaudes du ministre Kakpo

La première patate chaude qui est tombée de la main de l’actuel ministre de l’enseignement secondaire de formation technique et professionnelle, est son désir de rendre uniformes les tenues des apprenants des collèges et lycées privés et confessionnels avec celle de leurs camarades du public. Ce désir qui a même été traduit en un acte administratif a fait très long feu. Or, à l’annonce de cette mesure en son temps, les parents d’élèves avaient aussitôt applaudir des quatre membres. Mais très tôt, l’autorité est revenue sur cette décision de manière acrobatique sans que le peuple ne soit informé du motif de ce revirement spectaculaire. Cette patate est restée à terre jusqu’à présent.
Une deuxième qui vient de subir presque le même sort que la précédente, est l’épineuse question du traitement des enseignants vacataires. Ces enseignants qui souffrent le martyr depuis la bancarisation de leurs émoluments, voyaient une lueur d’espoir venant de leur ministre de tutelle. Cette lueur d’espoir avait même pris corps à travers un arrêté interministériel qui permettrait de revoir le montant payé par heure de vacation au Bénin. Longtemps stagné à 1500f l’heure, ledit arrêté aurait consacré une hausse non moins considérable en fonction des diplômes de ces braves enseignants qui ne disposent d’aucune mesure sociale en cas de désastres. Cette mesure a très tôt eu un gros plomb dans l’aile. Elle ne se verra pas appliquée une seule fois avant de mourir. Car, elle comportait en son sein son propre venin.
Plusieurs autres patates brulent actuellement les doigts du ministre. Certainement, dans les jours à venir, l’homme pourra revenir en force pour ramasser de la plus belle des manières avec sa sagesse légendaire, les tubercules qui sont à terre afin de confondre à jamais ces détracteurs.

Article Categories:
Actualité · Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru