FORMATION DANS LE DOMAINE DE L’AUDIOVISUEL ET DU NUMÉRIQUE A PARAKOU : Diane Kotoko parle de ses expériences au Cfoman-Daabaaru

11 mois ago | Written by
14 016 vues
0 0

Elle est un produit fini de la première promotion du Centre de Formation aux Métiers de l’Audiovisuel et du Numérique (Cfoman-Daabaaru). Diane Kotoko, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a pu s’insérer dans la vie active grâce à sa formation au Cfoman-Daabaaru dans le domaine de la photographie et du cadrage montage. Dans une interview exclusive, elle parle de ses expériences et formations reçues dans ce centre de formation. Lisez plutôt. 

Wilfried AGNINNIN

Daabaaru : Présentez-vous s’il vous plaît

Diane Kotoko : Moi on m’appelle Diane Kotoko, étudiante de la première promotion au Cfoman Daabaaru

Vous êtes un produit fini du Cfoman-Daabaaru, dites-nous quelles appréciations faites vous d’abord de ce centre de formation ?

Comme vous l’avez dit, je suis vraiment un produit fini du centre de Formation aux Métiers de l’Audiovisuel et du Numérique (Cfoman-Daabaaru). Je ne peux que me réjouir car, le Cfoman-Daabaaru a comblé toutes mes attentes et est allé même au-delà de mes attentes. Parce qu’aujourd’hui, je peux entrer partout où je veux avec ma caméra, je peux faire tout ce qui sera bien pour la communauté. Je suis vraiment contente. Grâce au Cfoman-Daabaaru aujourd’hui, j’ai plusieurs opportunités qui s’offrent à moi, que ça soit en photographie comme en montage cadrage.

Comment avez vous connu le Cfoman-Daabaaru ?

J’étais étudiante à l’Université de Parakou en première année, quand un jour quelqu’un m’a parlé de ce centre de formation. Au départ, je ne voulais pas faire la photographie ni le cadrage montage. Ce qui m’a toujours plu, c’est le journalisme, mais arrivé au centre bizarrement, j’ai changé d’avis et j’ai opté pour le cadrage-montage et la photographie. Tout s’est bien passé, on a fait neuf mois de cours théoriques et trois mois de stage. Après les stages, on m’a gardé à Daabaaru Tv. D’abord, j’ai fait un stage professionnel et ensuite on m’a gardé comme employé de la maison. Je suis vraiment contente.

Un mot à l’endroit des autres jeunes filles 

Je ne peux qu’inviter les autres jeunes, surtout filles comme moi, à venir s’inscrire au Cfoman-Daabaaru parce que grâce à ce centre de formation, nous devenons des femmes ou des filles indépendantes. On a plus forcément besoin d’attendre les parents pour nous venir toujours en aide. Déjà même au cours de ta formation, si tu suis bien les cours tu peux commencer par faire certaines choses. Tes parents peuvent déjà te laisser la main et tout seul tu peux grandir. Après la formation, c’est parti tu te trouves facilement un job.

Déjà sur le terrain, tu te fais des opportunités. On ne va pas se mentir, ici dans ce centre, on a beaucoup d’opportunités. Si tu te conduis bien avec les cours qu’on nous donne et le rendu, tout ce que ça donne à la fin, tu ne peux que trouver des opportunités. Donc, j’invite les jeunes filles comme moi à venir s’inscrire au Cfoman-Daabaaru pour que toutes les filles soient vraiment indépendantes. Des filles qui n’attendent pas des hommes pour pouvoir manger, pour pouvoir se tresser, pour se faire plaisir.

Quand tu es femme, dis-toi que tout ce qu’un homme fait, tu peux le faire aussi. il n’y a pas à se décourager.

Propos recueillis par Wilfried AGNINNIN

Transcription, Elvire MARIANO (Stg)

Article Categories:
A la une · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru