JOURNALISME AU BENIN : Franck Kpochémè et Annick Balley partagent leurs expériences

1 semaine ago | Written by
3 550 vues
0 0

Le samedi 7 mai 2022 s’est tenue à Cotonou, la première séance des rencontres À l’Ecole d’une Expérience (Alex). C’était au Centre de Documentation d’Information Juridique (Cdij) de la Cour d’appel de Cotonou. Pour ce premier numéro, c’est les professionnels des médias qui étaient à l’honneur avec les journalistes Franck Kpochémè et Annick Balley qui ont partagé leurs expériences professionnelles dans le journalisme avec ceux de la nouvelle génération.

Selon Grégoire Dansou, porte-parole du comité d’organisation, « partager son savoir-faire ou son expérience avec d’autres personnes, est une grande bénédiction. Et c’est de cela qu’il s’agit lorsque nous parlons des rencontres Alex. Nous avons voulu commencer par le métier du journalisme et après aller vers d’autres professions ».

Ainsi, les deux doyens de la presse béninoise notamment Annick Balley journaliste à l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin (Ortb) et actuelle chargée de mission du Dg/Ortb et Franck Kpochémè, conseiller à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication ont partagé avec les participants, les hauts et les bas rencontrés au cours de leurs carrières.

Dans son intervention, Franck Kpochémè a reconnu le développement de la presse béninoise même si des efforts restent à fournir surtout dans la réalisation des articles d’enquêtes. « Il est encore possible de mener plus d’enquêtes de nos jours, dans nos administrations publiques…», a laissé entendre celui qui totalise à son compteur, une multitude de travaux d’enquête. Parlant de la jeune génération, il l’a invitée à se faire former pour mieux répondre aux exigences du métier.

De son côté, Annick Balley pense que le journaliste doit non seulement maîtriser le code de la déontologie de la presse béninoise mais aussi le code de l’information et du numérique pour mieux exercer son métier sans crainte. Par ailleurs, les acteurs de la presse doivent embrasser ce métier par passion dit-elle. Ils doivent pour cela se documenter, faire des recherches et vérifier les informations avant toute publication. Annick Balley a également saisi l’occasion pour faire une nuance entre le journalisme et la communication. « Le professionnalisme en journalisme est différent du professionnalisme en communication. Si vous voulez faire du journalisme faites-le, si vous voulez faire de la communication faites-la », a-t-elle conseillé avant de préciser que « le métier du journalisme est passionnant et risqué, mais la grande difficulté à laquelle il est confronté est la situation économique qui demeure l’épine de ce métier et il faut faire preuve de prudence pour échapper à d’éventuels risques ».

À la suite des invités qui ont partagé leurs riches expériences, les participants ont eu droit aux témoignages de leurs proches qui ont également apporté des éclaircissements sur le modèle de journaliste qu’ils étaient et ce qu’ils ont apporté à la presse béninoise.

Samira ZAKARI

 

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.