LONGÉVITÉ DES CADRES À DES POSTES NOMINATIFS DEPUIS 2016 : La machine rupture et le risque de rouille et de routine . Voici comment Talon méprise ses soutiens politiques . Urgente nécessité d’huiler l’appareil Talon pour une fin de mandat percutante

6 jours ago | Written by
265 vues
0 0

 

Le gouvernement Talon depuis 2016, semble avoir fait l’option de la fidélité à travers les cadres qu’il nomme à des postes politiques. Ceci a permis à plusieurs ministres d’occuper les mêmes postes depuis 2016, des Directeurs Généraux, Préfets, Directeurs départementaux et autres, même situation. Cependant, cette option engendre après 8 ans, la routine, l’inefficacité des cadres et surtout le mépris des soutiens politiques. Face à une telle situation, il est très urgent pour le régime de la rupture, de procéder à une révision générale de son moteur afin de lui insuffler une nouvelle vie.
Un moteur, même neuf et en forme, a besoin d’être entretenu à travers une vidange régulière. Tel devrait être le cas pour un régime gouvernemental. La vidange pour un régime revient à renouveler de temps en temps les membres du gouvernement ainsi que les membres de leurs cabinets, les Directeurs Généraux, les préfets, les directeurs départementaux et autres. Le faire ainsi permet non seulement de contenter les partenaires politiques, mais également et surtout, de rompre avec la routine au sein de l’administration.

L’option Talon et ses avantages

Il est clair que le Chef de l’Etat Patrice Talon est très fidèle en amitié et c’est avec lui que l’adage, «on ne change pas l’équipe qui gagne », prend tout son sens. Depuis 2016, l’homme a nommé des personnalités qui restent encore à leur poste 8 ans après. Ce choix lui permet de mieux maîtriser sa machine d’une part, de se faire moins d’ennemis d’autre part et de réduire les dépenses de l’État. Cette option permet sans nul doute de restreindre au maximum le cercle des personnalités ayant accès aux informations d’État. L’autre avantage qu’il ne faut pas perdre de vue est que moins de nominations égal à moins d’ennemis car sous nos cieux, une personnalité remplacée à un poste politique est potentiellement un futur opposant.

La routine, l’inefficacité et le mécontentement

Il est clair qu’un Ministre, un Directeur Général, un Préfet, un Directeur Départemental etc. qui fait 8 ans au même poste, quelque soit sa compétence, finit par désapprendre ou verser dans la routine ou le surplace. C’est ce à quoi la machine Talon est confrontée après 8 ans de gestion du pouvoir d’État. Des cadres des différents ministères ainsi que des représentations du gouvernement, sont fatigués de voir la même tête, la même manière de penser, de faire et la même stratégie depuis des années. Ceci handicape incontestablement les résultats dans ces différents organes de l’État. Si ces cadres sont maintenus à leur poste depuis 8 ans, du fait de leurs compétences, qu’est-ce qui prouve qu’il n’y a pas d’autres à la touche, plus compétents qui pourraient apporter mieux si l’occasion leur était donnée ?

Quid des partenaires politiques ?

Patrice Talon a été porté à la tête du Bénin par une coalition faite de plusieurs hommes politiques qui aspiraient à diriger le pays comme lui. Ces hommes politiques attendent depuis 2016, de participer à la gestion du pouvoir d’État. Aussi, ce qui fait la force d’un homme politique dans sa région, c’est sa capacité de promouvoir ses soutiens. Face à un régime qui ne donne aucune opportunité à ses soutiens politiques de promouvoir des cadres, il est clair que la déception est tapie dans le cœur des uns et des autres. Patrice Talon, par son attitude, méprise ses soutiens politiques et n’a en réalité fait qu’allonger la liste des frustrés dans son propre camp.

Moins de 2 ans pour tenter de se rattraper

Patrice Talon a encore quelques mois à passer à la tête du Bénin. Il pourrait profiter de cette dernière ligne droite pour tenter de se rattraper. Sans affirmer que les cadres qui sont en poste sont incompétents, il serait bien de faire une purge totale de la machine Talon afin de l’huiler pour le dernier combat de développement du Bénin. Ceci pourrait tracer un bon chemin pour son dauphin ou la continuité de son système.

Barnabas OROU KOUMAN BOK

Article Categories:
A la une · Actualité · Nationale · Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru