MUSIQUE DANS LE SEPTENTRION : A quand le vrai décollage?

5 ans ago | Written by
15 436 vues
0 0

MUSIQUE DANS LE SEPTENTRION

A quand le vrai décollage?

Loin du régionalisme, quelle est la place des œuvres de l’esprit dans le septentrion? Au bas de l’échelle sûrement. La musique du septentrion est en plein essor, mais elle a du plomb dans l’aile. Elle a aussi du pain sur la planche. Les acteurs, les vrais auteurs de l’art musical se décarcassent nuit et jour pour se faire une bonne place sur la scène musicale nationale. La musique du septentrion n’est connue que par ses habitants ou du moins que par certains.
L’artiste, oui l’artiste du septentrion va toujours stagner tant qu’il n’a pas les moyens de sa politique, les moyens de sa promotion. Il y a de ressources dans le septentrion, mais ceux qui doivent faire l’artiste continuent à les enliser davantage dans le placard des oubliettes.
Animateurs radio, télé, promoteurs culturels, journalistes culturels, ce sont eux qui font l’artiste. Ils représentent le maillon essentiel de la chaîne. Mais lorsque ceux-ci se refusent souvent de jouer le rôle qui leur revient, il y a de quoi se poser la question de savoir pourquoi. Pourquoi hésitent-ils? En témoignent les chansons occidentales jouées à longueur de journée sur les chaînes de télévisions et radios. Ces occidentaux, ou du moins les autres se foutent de vous, que vous jouez leurs chansons ou pas. Ce sont les artistes du septentrion qui ont vraiment besoin de vous. Même si en leur sein, l’orgueil, la jalousie, bref la méchanceté n’a pas déserté le forum, il faut reconnaitre qu’ils sont très peu à pourvoir sortir seuls la tête de l’eau. Quand on parle des vrais artistes du septentrion, c’est ceux là qui arrivent à vendre leur talent hors de leur territoire. C’est Kalamoulaï, c’est Barassounon et peut-être Amy Mako qui se forcent à sortir de cette jungle coûte que coûte au risque d’enterrer leur savoir faire. Les autres, ils sont encore dans le berceau des promoteurs et animateurs culturels du septentrion. Leur souci, c’est payer avant de manger.
L’artiste béninois n’est pas ingrat. Si la musique méridionale a déjà traversé des frontières malgré sa qualité quelque fois douteuse, qu’est-ce qui empêcherait celle du septentrion de prendre son envol?

Il y a du talent dans le septentrion et ce ne sont pas Toni Aubin, Léonce Mensah ou Pancrace Hountondji ou même Gaston Yamaro qui diront le contraire. Le talent existe.

Cependant, il va falloir que les animateurs radio et télé continuent par soutenir les jeunes pouces du septentrion pour que la mayonnaise prenne effectivement. Ainsi, certaines exigences pécuniaires faites aux jeunes artistes avant d’assurer leur promotion constituent de grands freins à l’éclosion des talents cachés du Nord Bénin.

Wahabou ISSIFOU

Article Categories:
A la une · Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru