POLLUTION SONORE AU BÉNIN : Le gouvernement a parlé seulement

2 ans ago | Written by
18 817 vues
0 0

Le gouvernement du Bénin veut aller en guerre contre la pollution sonore sur son territoire. Ainsi, il a été pris un décret pour réglementer l’exercice des activités et des horaires de pollution sonore au Bénin. C’était le mercredi 25 mai 2022, lors de la session hebdomadaire du conseil des ministres.

Auriol AKPAKI (Stg)

Comme à son accoutumée, le conseil des ministres a tenu, le mercredi 25 mai 2022, sa réunion hebdomadaire au cours de laquelle, plusieurs décisions importantes ont été prises pour la grande satisfaction des populations béninoises. Il s’agit notamment du décret de réglementation de la pollution sonore au Bénin. En effet, selon le gouvernement, « les nuisances sonores viennent en tête des infractions environnementales recensées par les services compétents au Bénin ». Même en pleine zone d’habitation ou en pleine agglomération, des gens mènent des activités génératrices de pollution sonore qui perturbent le calme et la sérénité des citoyens. Ce décret est donc la réponse forte du gouvernement pour rappeler que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Le décret définit les horaires pendant lesquelles il ne doit pas avoir d’émission de bruit à savoir de 13 heures à 15 heures et 22 heures à 6 heures du matin pendant les jours ouvrables puis de 20 heures à 10 heures du matin pour les jours de repos y compris les jours fériés. Ces horaires concernent les moulins, les scieries, les forges, les discothèques, les bars, les restaurants ainsi que la circulation de véhicules de publicités sonores et toute autre forme de communication et de manifestation bruyante en zone d’habitation, y compris sur les lieux de cultes.

En outre, à travers ce décret, le gouvernement interdit l’ouverture et l’exploitation, à titre professionnel, des salles de fêtes en bâches. Il faut également rappeler que toutefois, ce décret admet quelque exception notamment qu’« une dérogation spéciale puisse être accordée par les maires, pour l’usage des appareils sonores pour des manifestations exceptionnelles dans les lieux publics, mais pour lesquelles l’intensité du bruit ne saurait excéder 80 décibels pour une durée de 48h ».

Ce décret peut être de l’eau versée sur le dos du canard si les sanctions ne tombent, car, les lois existent déjà sur le phénomène.

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru