POUR RENDRE UN HOMME FOU AMOUREUX, Des produits traditionnels emprisonnent les cœurs !

5 ans ago | Written by
85 442 vues
0 0

POUR RENDRE UN HOMME FOU AMOUREUX,

Des produits traditionnels emprisonnent les cœurs !

Depuis la nuit des temps, Dieu a doté la femme d’une arme naturelle d’attirance et de séduction. Elle a, à travers sa pudeur, son courage, sa politesse cette capacité, ce don d’attirer le regard des hommes. Car une femme vertueuse a cette chance d’avoir tous les hommes à ses pieds. Mais cela disparait peu à peu aujourd’hui des habitudes de la jeunesse, ce qui pousse, plusieurs jeunes filles à faire recours à des philtres d’amour afin d’attirer vers elles les hommes, et ce pour des buts précis. C’est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans la société. Quelles sont les raisons qui poussent certaines jeunes filles à se livrer à ces pratiques ?

Samiratou ZAKARI (Stg)

Communément appelés “secrets de femme” ces produits se présentent sous plusieurs formes, bain de toilette, pommade, bonbon, antimoine, et même parfum. Ces produits d’attirance d’hommes utilisés par la femme. «Le recours à ses philtres d’amour est une vieille pratique africaine et même européenne qui date depuis fort longtemps dans nos sociétés », a fait savoir Sotima Sai Tchamtipo, socio-anthropologue à l’Université de Parakou. Autrefois, les femmes faisaient recours à cette pratique pour garder à leur côté et pour attirer l’attention de l’être bien-aimé. Ces produits étaient donc plus utilisés par les femmes au foyer qui avaient de difficultés à garder près d’elles leurs époux. « Quand j’étais fraichement mariée, j’avais l’habitude d’utiliser des encens et autres savons pour que mon homme soit toujours près de moi, pour qu’il m’aime davantage. Cela faisait partie des valeurs que m’a inculquées ma grande mère pour conserver mon foyer», a confié Aicha la cinquantenaire, femme au foyer à Parakou.

Cette pratique prend de plus en plus d’ampleur dans la société béninoise en gagnant plus de jeunes filles qu’auparavant. Les unes utilisent ses produits dans l’intention de détruire le foyer des autres. Elles font donc usage des philtres d’amour pour détourner le regard de l’homme de sa famille pour que ce dernier se consacre entièrement à elles-seules. Par contre d’autres en font un fond de commerce. Car ce n’est plus la réciprocité de l’amour qui est recherchée à ce niveau mais c’est plutôt le bien matériel qui est visé. Ces femmes ont pour cible les hommes riches qui ont une certaine stabilité financière et les hommes mariés. Ces hommes sont alors liés pieds et mains par l’effet de ces produits et ne peuvent que suivre les ordres de ces dernières. Puisqu’ils sont possédés spirituellement et deviennent des chéquiers sur qui elles peuvent compter pour leurs moindres besoins. « Moi, je fais toujours recours aux secrets de femmes, et je ne peux pas m’en passer car c’est grâce à ça j’ai rencontré des hommes qui m’ont équipé ma boutique, ma maison, et j’ai pu m’acheter ma moto. Ils sont prêts pour mes moindres besoins et à n’importe quel moment », a confié Aïcha, la vingtaine environ résidant à Parakou. Anicette quant à elle confie que c’est grâce à cette pratique qu’elle a finalement rencontré l’homme de sa vie et ce dernier ne peut plus se passer d’elle. Le résultat attendu est fonction du produit utilisé. «Il y a une kyrielle de produits. Si tu veux faire une nouvelle rencontre d’homme, et aussi que les hommes soient toujours sous ton charme, tu as le choix entre le savon de bain, l’antimoine et le thé. Ces produits te porteront chance. Si tu veux que ton homme soit prêt à dépenser jusqu’au dernier centime pour toi, tu as le bonbon à sucer pour régler ton problème. Aussi si tu veux être sa référence pour ses ébats sexuels, il y a une eau de toillette et des perles conçues pour cela », a éclairé Fatima vendeuse des philtres d’amour au marché Arzèkè de Parakou. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène dans le rang de la jeunesse.

Des causes de ce recours tous azimuts aux philtres d’amour

Pour Sotima Sai Tchamtipo, socio-anthropologue à l’université de Parakou, la raison principale qui peut expliquer ce comportement des jeunes filles est la recherche du gain facile. La jeunesse d’aujourd’hui ne veut plus souffrir pour gagner, elle veut qu’on construise tout pour elle. Pour cela ces filles sont obligées de faire recours aux forces occultes pour attirer les hommes qui feront tout pour elles. A cela s’ajoute l’ambition démesurée. Elles veulent vivre au dessus de leurs moyens, avoir une vie de luxe, et pour cela la meilleure solution est de vouloir surpasser Dieu avec l’utilisation de ces produits. Il y a aussi la jalousie, l’orgueil et les mauvaises compagnies. Gêner de la réussite de l’autre, elles se font de mauvaises amies qui les conseillent cette pratique pour détruire la vie conjugale de l’autre. L’utilisation de ces pratiques a des effets positifs juste pour quelques temps. Car l’effet de ces philtres d’amour finit toujours par se dissoudre. Et ils ne sont pas sans conséquences sur la vie de celles qui les utilisent.

Des conséquences

La plupart du temps, ces filles finissent toujours malheureuses dans la société. Elles se retrouvent sans rien, le bien matériel derrière lequel elles ont toujours couru, finit aussi par les quitter. Elles ont le résultat de leur acte sur le dos. Les rares qui arrivent à fonder un foyer après, ont toujours des problèmes de conception. De façon inconsciente elles ont signées des pactes avec des esprits surnaturels connus sous le nom de maris de nuit qui les privent de toute vie heureuse. Conséquence, l’homme conquis finit par les abandonner et elles finissent vieilles célibataires avec des problèmes de cancer de vagin, de l’utérus à cause des différentes potions introduites dans le vagin. Pour Sai Sotima Tchamtipo, «le bien mal acquit ne profite jamais ».

Alors, une prise de conscience doit être observée dans le rang des jeunes filles qui aspirent à ces pratiques. Car tôt ou tard ça rattrape.

Article Categories:
A la une · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru