POUR REUSSIR SON EXAMEN SCOLAIRE : Le psychologue Christian Kpozé, donne des conseils simples et pratiques aux candidats

1 mois ago | Written by
180 vues
0 0

 

Les examens scolaires ont démarré le lundi 3 juin 2024 au Bénin par le Certificat d’Etudes Primaires (Cep). Pour mieux affronter les épreuves certaines pratiques doivent être observées. Dans une interview accordée à Daabaaru le psychologue et responsables de l’Association de Développement par l’Éducation et la Santé (Ades Ong), Christian Kpozé donne des conseils simples et pratiques aux candidats. À lire ci-dessous l’intégralité de cet entretien.

Christian OTCHO (Edt Cfoman-Daabaaru)

Daabaaru: Quels conseils avez-vous à donner aux candidats avant l’examen?

Psychologue Christian Kpozé: À l’endroit donc des candidats, ils ont l’obligation de ne pas accumuler les cours, vu la densité des différents programmes. Ça n’a aucun sens. Et ils ont obligation aussi d’informer régulièrement de ce qu’ils ont comme rêve, le contenu de leur sommeil à leur parent. Et c’est à leur parent d’en faire un très bon usage et d’aviser qui de droit. Les rêves ne valent rien s’ils sont mal interprétés. C’est pareil, les rêves ne valent rien si la réaction n’est pas à la hauteur de ce que l’on a constaté dans le rêve. Les rêves nous renseignent sur le bon état de notre principe divin. Les rêves nous renseignent sur le présent, le futur et le passé de celui là qui a rêvé. Donc, ne pas prendre en considération en temps que parent le rêve d’un candidat, ce n’est pas bien. Il faut que les parents prennent les dispositions conséquentes pour inverser la tendance. Car, la réussite démarre d’abord dans le monde invisible.

Quel est le rôle des parents dans ce sens ?

Il n’est pas question seulement d’orienter les attentions exclusivement sur les candidats. Les parents ont une lourde charge de responsabilité en cette période là. Le rôle est immense et ce n’est pas seulement que scientifique qui consisterait peut-être à dire régulièrement aux candidats d’apprendre chaque jour. De s’exercer chaque jour, sacrifier des nuits pour apprendre. Le rôle va au-delà de ça. Les parents doivent savoir comment le candidat dort ? Quel est le contenu de son mieux être. Il fait un rêve, quel est le contenu de ce rêve ?

S’il vous plaît, un candidat qui est en face de son épreuve, comment doit-il se comporter ?

Pendant l’examen fondamentalement, il faut la gestion du stress, la peur. Si après une première lecture d’une épreuve, le candidat n’a aucune idée de comment aborder l’épreuve et puis son cœur commence par battre, ses mains tremblent et il est hors de lui-même, il n’a plus le contrôle de ses sens, il est question qu’il procède par une certaine relaxation. Il laisse l’épreuve, le stylo tout et tout, et il fait table rase. Il fait un peu comme, s’il n’est pas à un examen. Il fait comme s’il est avec sa sœur, maman ou papa en train de faire autre chose. Il respire profondément, sur 5 à 10 minutes en réalité, il n’a encore rien perdu. Il change de contexte dans sa tête. Peut-être qu’à une première lecture, il a sauté une virgule ou peut-être il a mal lu une phrase. Ce qui fait qu’il n’a pas tout de suite une idée de comment aborder l’épreuve. Quand il va faire ce petit exercice, ça ira pour le meilleur.
Il y a des candidats c’est un défilé de mode, on se fait coudre tellement de tenues, de souliers et autres bijoux. Vous devez vous mettre dans une tenue ample, totalement ample. Même trois jours, une seule tenue suffit déjà en réalité. Ce que vous n’avez pas l’habitude de manger, pendant l’examen ne mangez pas. Car, cela peut vous causer des soucis. Il y a des candidats qui habitent très, très loin de leur centre de composition. Les parents doivent s’organiser de sorte que les candidats ne soient pas fatigués par la marche. Lire posément les épreuves, se rappeler des méthodes rédactionnelles selon chaque matière. Il faut maîtriser les méthodes rédactionnelles. Savoir ce qui est demandé avant d’aborder l’épreuve. Il ne faut pas être agité. Il faut nettoyer sa table de composition. Éviter de déambuler dans la cour. Éviter de saluer tous azimuts ses camarades, les candidats que vous connaissez et que vous ne connaissez pas.

Et après l’examen, avez-vous quelques conseils à donner à l’endroit des candidats ?

Aussitôt une épreuve terminée, il n’est plus question de revenir sur ça ou de focaliser toute son attention sur une épreuve qu’on a réussie parfaitement ou carrément on est passé à côté. Quelle soit très bien abordée ou pas. Les examens au fait, il y a deux éventualités, réussir ou bien échouer. Tout le monde a peur de l’échec, or l’échec est une loi scolaire. Tout le monde ne peut pas réussir. Mais en temps normal, les parents ont l’obligation de veiller à ce que l’échec ne soit pas au bout d’une année d’apprentissage. Il faut apprendre à l’enfant à échouer ailleurs, par exemple dans les prises de décisions à la maison mais une année couronnée par un échec, ce n’est pas bien. Normalement, l’apprentissage si c’est bien réalisé, cela coïncide avec les prédispositions intrinsèques du candidat jusqu’à un certain niveau ou l’individu doit forcément innover, créer et inventer après les examens.

 

Article Categories:
A la une · Actualité · Éducation · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru