PROJET DE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES SOCIOÉCONOMIQUES ET DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : Le ministre Samou Adambi lance les travaux du Pdissa . Près de 12 milliards à investir dans 4 communes

4 ans ago | Written by
17 305 vues
0 0

 

 

Véhicules de l’entreprise en charge des travaux


Lancement des travaux

 

Le ministre Adambi

Le ministre de l’eau et des mines Samou Séïdou Adambi a procédé le jeudi 17 décembre 2020 au lancement officiel des travaux du Projet de Développement des Infrastructures Socio-économiques et de Sécurité Alimentaire (Pdissa). La cérémonie de lancement a eu lieu à la maison des jeunes de la commune de Nikki en présence du Directeur Général (Dg) de l’eau Philippe Armand Adjomayi, du représentant du préfet du Borgou Sanni Bio Bayé, du chef mission résident de la Banque Ouest Africaine de Développement (Boad) Kouamé Bi, des populations ainsi que les représentants des communes bénéficiaires du projet.

Wilfried AGNINNIN

C’est un projet estimé à plus de 11 milliards 800 millions de francs Cfa. Il est porté par le gouvernement béninois à travers le ministère de l’eau et des mines et ses partenaires. Le Pdissa, intervient dans 4 communes du Nord-Bénin notamment à Nikki, Kérou, Kandi et Ouassa-Péhunco. Ce projet vise à améliorer entre autres, la sécurité alimentaire, les conditions de vie et de travail des populations, faciliter les activités de maraîchage et améliorer la résilience des populations face aux affres pervers du changement climatique au Bénin.

Dans son intervention, le maire de la commune de Nikki Roland Gounou Lafia Joseph a exprimé sa gratitude à l’endroit du gouvernement de la rupture pour le choix porté sur le village de Sèréwondirou pour la construction d’un barrage sur une superficie de 25 hectares. Selon l’autorité communale, ce projet de plus de 5 milliards 900 millions fcfa permettra de créer de l’emploi directe et indirecte au profit de la jeunesse et de favoriser la promotion d’activité génératrice de revenus pour la réduction de la pauvreté. « Le barrage de Sèréwondirou deviendra un véritable pôle de développement économique avec son potentiel agro-pastorale immense. Ce projet va radicalement changer la vie de milliers d’âme de la commune de Nikki et ses environs », a-t-il reconnu. Le maire Roland Gounou Lafia Joseph a, pour finir, exprimé la disponibilité du conseil communal dans la mise en œuvre dudit projet.

Le représentant du préfet du Borgou Sanni Bio Bayé, s’est également réjoui du choix porté sur son département pour bénéficier de la première phase du Pdissa. Il n’a pas manqué de saluer les efforts du gouvernement qui met l’accent sur les actions à impact social au profit des populations. Le chef mission résident de la Boad au Bénin Kouamé Bi a, réaffirmé au nom du président de l’institution, la disponibilité de la Boad pour la poursuite des efforts entrepris dans la mise en œuvre du Programme d’Action du Gouvernement (Pag) 2016-2021 en vu de l’amélioration de la sécurité alimentaire et des conditions de vie des populations.

Pour le ministre de l’eau et des mines Samou Séïdou Adambi, le gouvernement béninois fait de l’accès à l’eau potable sa priorité. A cet effet, un projet spécial dénommé, « accès à l’eau potable pour tous d’ici 2021 » a été mis en œuvre. A en croire le ministre Adambi, le Pdissa impactera positivement le niveau de vie de plusieurs populations. « Aujourd’hui, nous avons des raisons de nous en réjouir, car ce projet va contribuer efficacement au développement de la gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin du Niger à travers la lutte contre la pauvreté, le renforcement de la sécurité alimentaire et la promotion d’un développement durable », a-t-il fait savoir. Selon l’autorité ministérielle, ce projet exécuté dans les communes de Nikki, Kandi, Kérou et Ouassa-Péhunco, permettra entre autre autres, l’aménagement de 4 retenues d’eau pour une capacité totale de 8 200 000 m³, la réalisation de 8 forages équipés de pompes à motricité humaine à raison de deux par localité, la construction de 4 magasins de stockage à raison d’un par commune, l’aménagement de 169 ha de terres en aval des retenues en maîtrise totale de l’eau et le reboisement de 250 ha de bande de servitude pour la protection des berges.

Il faut rappeler que le Pdissa est mis en œuvre grâce au financement de la Boad à hauteur de 10 milliards de francs Cfa, du budget national du gouvernement à 1 milliard 750 millions Fcfa et au soutien financier des institutions de microfinance pour le compte des bénéficiaires à la hauteur de 100 millions F cfa. Les travaux sont prévus pour durer 15 mois secs dont 4 ans.

Article Categories:
A la une · Actualité · Décentralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru