SALAIRE DES MINISTRES SOUS LE RÉGIME YAYI : Valentin Djenontin-Agossou confesse

2 ans ago | Written by
35 613 vues
0 0

Connaître le salaire des ministres est devenu l’une des questions qui intéressent les béninois depuis fort longtemps. Ainsi, pour taire les commentaires osés qui se font sur le salaire des ministres sous le régime du président Boni Yayi, l’ancien ministre Valentin Djènontin a décidé d’apporter sa part de vérité. C’est à travers l’épisode 4 de ‘’ma prophétie’’ publié sur les réseaux sociaux.

Auriol AKPAKI (Stg)

1 700 000 Fcfa, c’est ce que gagnait mensuellement l’ancien ministre Valentin Djènontin-Agossou à l’instar de ses collègues. À l’en croire, ce salaire comprend diverses primes, indemnités et la rémunération du personnel de maison. En plus, il est frappé d’Impôts Progressifs sur Traitements et Salaires (Ipts) d’environ 500.000 Fcfa. « Contrairement aux chiffres mirobolants souvent avancés, pour leur installation, les ministres nouvellement nommés au gouvernement de Yayi ont droit à une prime de cinq millions de Fcfa par ministre et non 50 ou 100 millions comme je l’entends souvent dire. Cette prime est payée une seule fois même si le ministre est reconduit plusieurs fois dans le gouvernement suite aux remaniements ministériels » a renseigné le ministre Djènontin dans l’épisode 4 de ‘’ma prophétie’’ publié sur les réseaux sociaux. Il ajoute que cette prime est payée bien plus tard aux ministres, par le trésor public après des formalités administratives.

Par ailleurs, l’ancien ministre de Boni Yayi, en exil depuis plusieurs années, précise qu’en définitive, chaque ministre percevait un salaire mensuel net de 1 100 000 ou 1 200 000 F cfa selon ses charges familiales (nombre d’enfants à charge)… « Ce salaire est celui que j’ai perçu ainsi que la quasi-totalité de mes collègues. Je ne sais pas si le Premier ministre, le ministre d’État et les ministres vivant à l’extérieur avant leur nomination percevaient un salaire différent des nôtres. Voilà la réalité des choses en ce qui concerne la rémunération des ministres sous le président Yayi en mon temps » a-t-il déclaré dans le post avant d’ajouter que les salaires politiques ne constituent pas un secret. Selon lui, un décret définit ces salaires et en tant qu’acte réglementaire, il fait en principe l’objet de publication au Journal Officiel (Jo) de la République. Il explique également que le président Yayi a fait l’option d’être constamment aux côtés de son peuple même si cette démarche était qualifiée de populiste par certains.

Cependant, les descentes régulières des ministres dans leurs localités n’étaient pas sans incidence sur leur salaire. Ces déplacements avaient un coût et un prix à payer. Leurs salaires étaient greffés d’énormes charges sociales inimaginables face aux énormes et récurrentes sollicitations. Ainsi, « derrière l’aisance apparente de certains ministres d’alors, se cachait une véritable misère puisqu’ils étaient écrasés par les demandes d’assistance », a confessé l’ancien ministre Valentin Djènontin-Agossou.

Il a, pour finir, exhorté l’homme politique à être humble, empathique, sympathique et généreux envers les populations malgré les charges que cela représente.

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru