UNE VIE UN METIER : Amina Bio Nigan partage ses expériences dans l’agro-alimentaire

4 ans ago | Written by
12 573 vues
0 0

UNE VIE UN METIER

Amina Bio Nigan partage ses expériences dans l’agro-alimentaire

Elle fait partie des braves femmes entreprenantes émergeantes dans le domaine de l’agro-alimentaire dans la cité des Koburu. Spécialisée en processus de transformation agro-alimentaire Amina a su s’imposer très tôt sur le marché et faire face à la concurrence grâce à la qualité de ses produits reconnus au-delà des frontières béninoises. Le sérieux et le dynamisme dont elle fait montre dans l’accomplissement de cette tâche qu’elle aime le plus, lui ont valu d’ailleurs plusieurs reconnaissances nationales ainsi que mondiales. Pour en savoir plus sur cette amazone qui depuis 1994 essaie de marquer son nom en lettre d’or dans le domaine de l’entreprenariat, votre quotidien à travers sa rubrique ‘’Une vie un métier’’ est allé à sa rencontre qui livre les hauts et les bas de ses 25 ans de carrière à travers une interview. Lisez plutôt.

Daabaaru : Pourquoi avez-vous choisi faire carrière dans la transformation agro-alimentaire ?

Amina Bio Nigan : Pour être directe, je dirai tout simplement que c’est une question de passion. Naturellement j’ai eu ce don depuis toute jeune de faire la valorisation des ressources locales. Ainsi, dans le souci d’être utile à ma communauté, je me suis lancée dans ce domaine que j’aime bien. Il faut dire aussi que c’était dans le souci et la volonté de satisfaire la population religieuse de Parakou en général plus islamique et celle enfantine que je me suis engagée dans cette aventure afin de leur donner l’occasion de s’abreuver en boissons non alcoolisées et purement naturelles.

Comment étaient vos débuts dans cette carrière ?

Je dirai tout simplement que l’environnement était favorable pour moi parlant de mes débuts. Parakou est un milieu que je maîtrise ce qui a fait que j’avais cette facilité d’accès à la clientèle. Aussi faut-il dire que c’est une activité qui n’était pas vraiment répandue comme c’est le cas aujourd’hui, la concurrence n’était pas vraiment aigüe.

Quels sont les avantages de votre métier de transformatrice agro-alimentaire ?

Il faut dire tout d’abord que tous mes produits sont produits naturels, sans colorants, ni additif chimique. Mes produits sont également agrées par la Direction de l’Alimentation et de la Nutrition Appliquée (Dana). C’est déjà un atout pour moi car grâce à cela mes produits sont reconnus aussi bien aux plans local, national que sous régional. Quand je vais souvent à un endroit, je n’ai plus besoin de me présenter, ou faire la publicité de mes produits comme une nouvelle venue dans ce milieu. Grâce au sérieux que j’ai toujours montré dans mon travail, j’ai aujourd’hui cette facilité là à écouler mes produits et je puis vous dire que cette activité m’a ouvert plusieurs portes inimaginables. Nombreux sont ceux-là qui adoptent mes produits lors des manifestions de tout genre et même à la maison pour remplacer la bière et les autres produits de brasserie.

Qu’en est-il des difficultés ?

Les difficultés, croyez moi, elles sont nombreuses car ce n’est pas du tout facile d’entreprendre quand bien même on a la volonté. J’ai démarré cette activité de façon embryonnaire avec mes propres ressources financière et équipements traditionnels en 1994. Imaginez comment cela peut être pénible et j’ai continué comme ça pendant des années sans soutien. Et jusqu’à aujourd’hui mes plus grandes difficultés sont sur le plan financier et le manque d’équipements modernes. Ce n’est pas vraiment facile.

Quels sont les moments heureux qui vous ont marquée positivement au cours de votre carrière ?

Comme moments heureux, c’est d’abord le moment où j’ai été primé au plan mondial par une fondation en Suisse. J’ai reçu le prix mondial pour la créativité de la femme en 2003. On était 33 pays présents dans le monde entier et j’étais la seule à représenter tout le Bénin. C’est pour moi l’un des moments inoubliables de ma carrière car c’est vraiment un honneur de représenter tout un pays à l’international et de remporter le prix mondial parmi tant d’autres adversaires pas les moindres d’ailleurs qui convoitaient le même prix. A part ça, j’ai eu d’autres reconnaissances comme le 1er prix agroalimentaire à la Foire artisanale en 1999 à Sokodé au Togo, le prix de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle au Salon Innoteb en 2014 à Cotonou. Mes produits ont été également sélectionnés par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel en 1996 en France. Assez de moments du genre que je peux qualifier de positifs et j’en suis fière car grâce à ce travail j’ai pu porter loin mon nom, ma famille et c’est ça mon objectif car je veux marquer mon existence sur cette terre.

Qu’en est-il des moments malheureux ?

Je n’ai pas vraiment connu de moment malheureux en tant que tels parce que j’ai choisi ce métier par passion, j’avais la passion depuis mon enfance cette passion là d’innover, de transformer et donc face à cela je peux dire vraiment que je n’ai pas connu des périodes négatives. Des obstacles, oui ça arrive mais j’ai pu les traverser avec détermination et je ne les qualifierai pas vraiment de moments malheureux.

Quel message avez-vous à l’endroit de la jeunesse ?

Aux jeunes, je leur dirai que pour tout ce qu’ils entreprennent ils doivent le faire avec amour, un bon cœur et ne pas toujours mettre l’argent en avant car la qualité du travail payera forcément. On n’a pas forcément besoin d’être haut cadre, le plus diplômé pour réussir sa vie, ils doivent donc chercher à s’imposer par ce qu’ils font et c’est ainsi qu’ils pourront marquer leur existence en tant que jeunes. Moi je n’ai jamais pensé être au niveau où je suis aujourd’hui mais grâce au sérieux que j’ai accordé à ce métier je ne peux pas dire que je me plains aujourd’hui.

Votre mot de la fin

Je vous remercie pour cette chance que vous m’accordez de faire parler de moi. Merci pour le travail que vous faites et plein succès à vous.

Propos recueillis et transcrits par Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Expérience d'une vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru