A L’OCCASION DE LA JIF 2020, Le Dr Armand Houndonougbo se préoccupe de la santé de la femme au travail . Lire l’intégralité de son message

4 ans ago | Written by
13 389 vues
0 0

A L’OCCASION DE LA JIF 2020,

Le Dr Armand Houndonougbo se préoccupe de la santé de la femme au travail

. Lire l’intégralité de son message

Dans son message à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme (Jif), le Docteur Armand Houndonougbo a décrit le quotidien des femmes en activité professionnelle. Dans son adresse intitulée, « Préservons la santé de la femme au travail ! », il s’est essentiellement focalisé sur les femmes victimes d’un accident du travail ou atteintes d’une maladie professionnelle, les conséquences sur la grossesse et bien d’autres répercussions du travail. Il a, pour finir, attiré l’attention des uns et des autres sur les dangers dont regorge le milieu de travail. Voici l’intégralité de son message.

Wilfried AGNINNIN

(Message du Dr Armand HOUNDONOUGBO à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme)

Plus de la moitié des femmes en activité professionnelle sont susceptibles de procréer ou sont enceintes ou allaitantes. Une femme victime d’un accident du travail ou atteinte d’une maladie professionnelle est donc un double fardeau pour l’humanité. Au-delà de sa propre santé, c’est aussi le bien-être de ses enfants ou futurs enfants qui serait hypothéqué.
Nous profitons de cette journée où la communauté internationale célèbre la femme, pour attirer une fois de plus l’attention de tous et particulièrement des femmes sur les dangers dont regorge le milieu de travail.
En fonction du domaine d’activité, on rencontre de nombreux produits et éléments capables d’altérer la fertilité, de provoquer des malformations congénitales ou perturber la grossesse et le développement du fœtus. On peut citer les produits chimiques (comme le plomb, les pesticides, le benzène…), les agents biologiques (provoquant des maladies comme la rubéole, la toxoplasmose, les hépatites virales…) ou physiques (le bruit et les vibrations) sans oublier les rayonnements notamment dans les services de radiologie.
Ainsi, les nuisances sonores excessives peuvent altérer l’audition du fœtus et entraîner un déficit auditif dès la naissance. Les activités hospitalières et de soins infirmiers, beaucoup prisées par les femmes, exposent celles enceintes ou allaitantes à des germes susceptibles de contaminer l’enfant au sein ou depuis l’utérus. Quant aux radiations ionisantes, elles entraînent des lésions génétiques. Les embryons et les fœtus sont plus susceptibles que les adultes aux effets délétères de ces rayons du fait que leurs cellules se divisent plus rapidement. Ceci est corrélé à un grand risque d’apparition de cancer et de malformations variées.
En plus, les conditions et l’organisation du travail peuvent constituer des menaces pour la santé de la femme et de sa progéniture. Des femmes enceintes, déjà fragilisées par la grossesse, sont parfois contraintes au travail de nuit et/ou en horaires décalés. Il en est de même que celles qui allaitent. Ceci est d’autant plus préoccupant quand on sait que les femmes qui travaillent la nuit sont occupées le jour par diverses activités domestiques. Ce qui ne leur permet pas de jouir parfaitement de leur temps de récupération. La dette chronique de sommeil entraîne une baisse de vigilance avec une augmentation du risque d’accident du travail et de trajet. Cela engendre aussi des troubles du sommeil et des maladies métaboliques aux conséquences parfois graves.
Le stress au travail n’est pas non plus à négliger dans la genèse des problèmes de santé rencontrés par les femmes sur le lieu de travail. Il entraîne une altération de la santé mentale et physique avec des états dépressifs et d’anxiété, des maladies cardio-vasculaires et des troubles musculo-squelettiques.
Il est important pour les femmes de respecter les règles d’hygiène et de sécurité relatives à leur profession et poste de travail notamment le port des équipements de protection individuelle (vêtements de travail adaptés, gants, bavettes, casques etc.). Il est aussi du devoir des employeurs de garantir un environnement de travail sûr et salubre pour tous leurs travailleurs et respecter la règlementation en ce qui concerne le travail des femmes enceintes et allaitantes. Le congé de maternité ne doit pas être une autorisation d’absence que la salariée devra quémander. C’est un droit qui ne saurait être marchandé.
Les institutions étatiques doivent aussi jouer pleinement leur rôle. Les dispositions réglementaires existantes sur l’organisation et les conditions de travail sont pour la plupart du temps bafouées dans bon nombre d’entreprises. Il urge que soit rendue effectif le fonctionnement de l’inspection médicale du travail non seulement au plan national mais aussi dans tous les départements conformément au décret numéro 72-60 du 13 mars 1972 portant création d’un service d’inspection médicale du travail et de la main d’œuvre.
Bonne journée internationale de la femme !
Cotonou, le 08 mars 2020
Dr Armand HOUNDONOUGBO
CEO, Le Travailleur Sain
Plate-forme d’Information, d’Éducation et de Communication pour la Sécurité et la Santé au Travail.

Article Categories:
A la une · Actualité

Comments

  • Merci bien mon doc, bonne continuation 😘

    Sabine N'guessan 10 mars 2020 21 h 26 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru