A/S DE LA LETTRE OUVERTE AU CHEF DE L’ETAT CONTRE DAAGBO : Parfaite de Banamè défie le président Talon

3 ans ago | Written by
30 497 vues
0 0

 

C’est une affaire qui anime la toile depuis quelques jours au Bénin. Daagbo, le dieu autoproclamé au Bénin, a, à nouveau, fait parler d’elle et cette fois-ci d’une manière un peu plus osée.

En effet, accusée de dérives et de pratiques diaboliques par l’un de ses anciens prêtres Jean-Claude Assogba, à travers une lettre adressée au chef de l’Etat Patrice Talon, la patronne de l’église de Banamè est sortie de son mutisme en répondant à celui qui par le passé, était prêt à servir jusqu’au dernier jour, son dieu tout puissant. Dans un audio relayé sur les réseaux sociaux, Parfaite de Banamè n’est pas passée par quatre chemins, pour montrer sa suprématie qui selon ses dires, est au-dessus de celui d’un président de la République. Ainsi, la jeune dame a défié le président Patrice Talon de l’interpeller au sujet de cette lettre, sans chercher à se défendre par rapport aux accusations faites sur sa personne. « Le président de la République ne peut pas m’interpeller à propos de la lettre. Il ne peut pas… Il va d’ailleurs passer par où pour le faire ? Talon ne peut pas m’interroger sur un seul tiret de la lettre », a-t-elle déclaré dans son audio en langue fongbé et rapportés par le site d’information Bénin Web Tv.

A travers cette réaction, le dieu au foulard rouge, a montré au peuple béninois, que le chef de l’Etat n’est pas un homme qui lui fait peur. Mieux, elle confie que Patrice Talon est sur ses ordres et c’est ce dernier qui devait avoir peur d’elle et non le contraire. « On me parle d’une lettre ouverte au président de la République ! Pourquoi pas, lettre ouverte à Daagbo ? Le président de la République est un “Mèlomin Clément ( le président de la République mange dans ma main Ndlr) », a traduit la source. A l’en croire, le prêtre dissident a manqué de clairvoyance en se plaignant auprès du chef de l’Etat.

Il faut rappeler que dans la lettre adressée au chef de l’Etat, Jean-Claude Assogba a fait de grave révélation sur le mode de fonctionnement de l’église et sur les prêtres. Il a aussi fait allusion aux sommes colossales avec intérêt qu’avait promis Parfaite Banamè à ses fidèles. Une affaire dont s’est saisie le procureur de la Criet. Par ailleurs, parmi les dénonciations faites figure une qui implique directement le président Patrice Talon. A en croire le plaignant, « Daagbo, et le saint père nous chantent à nos séances de retrouvailles que tant que vous êtes au pouvoir, nos conversations téléphoniques sont sur écoute et que votre gouvernement leur fournit. Ils nous l’ont démontré un jour quand un prélat et un laïc ont mal parlé d’eux. Ils nous ont dit que personne ne sait comment ils ont eu cette conversation pour confondre les deux mis en cause. Publiquement, ils ont lâché que c’est leur relation avec vous qui a généré cela… ». Il a, dans sa lettre de 7 pages, invité le président au secours pour sa vie et celle de sa famille qui serait menacées depuis un moment.

Affaire à suivre donc.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru