BAISSE DU PRIX DU SOJA ET DE L’ANACARDE : Les femmes de Bassila interpellent le Président Talon .« …Il y a beaucoup d’élèves qui ont quitté, parce qu’on n’a pas les moyens pour les inscrire à l’école », déplore une femme

1 an ago | Written by
31 989 vues
0 0

Les femmes de la commune de Bassila, dans le département de la Donga ne comprennent pas pourquoi les prix du soja et de l’anacarde ont baissé. A l’occasion de Bénin Daabaaru Tour, le mardi 14 mars 2023, elles ont dénoncé au micro de Barnabas Orou Kouman, cette situation qui a des conséquences sur leurs activités.

Selon Wahalibatou Idrissou Alpha, le Président Patrice Talon fait de son mieux. Mais, à l’en croire, il lui reste beaucoup à faire dans le domaine de l’agriculture notamment au niveau de la filière soja et anacarde. « Patrice Talon, je suis très contente de lui, parce qu’il a fait des routes à Cotonou on voit. Mais nous les gens de la campagne ici là, je n’ai pas vu ce qu’il a fait de bon pour nous. Soja, Acajou, c’est sur ça nous on compte, c’est sur ça nos enfants comptent. Aujourd’hui, il n’a qu’à venir voir à Pénésoulou, il y a beaucoup d’élèves qui ont quitté, parce qu’on n’a pas les moyens pour les inscrire à l’école », a-t-elle fait savoir. De son côté, Souhouratou Salifou, a aussi félicité le Président Patrice Talon pour ses actions surtout à Cotonou. Elle a souligné l’avènement du microcrédit Alafia au profit des femmes. « Mais seulement que c’est à l’ère des microcrédits Alafia on a acheté le soja. Le soja est à la maison comment on va faire pour payer l’argent de microcrédit Alafia ? On a compté sur le soja, le soja n’a pas marché, où est-ce qu’on va trouver l’argent pour acheter l’acajou ? Il nous a donné microcrédit pour la prison ou bien pour nous faciliter ? », se désole-t-elle les larmes presque aux yeux. Ces femmes ont invité le gouvernement du Président Patrice Talon à revoir le prix du soja et de l’anacarde. Cela leur permet de subvenir davantage à leurs besoins. « Je lui demande de penser encore pour nous les femmes et de penser aux commerces des femmes. Il n’a qu’à s’occuper des cultivateurs, c’est là notre force. De penser beaucoup au soja, de penser beaucoup aux commerces des hommes, aux commerces des femmes, de penser beaucoup aux cultures des hommes, les champs », a invité Wahalibatou Idrissou Alpha.

Wilfried AGNINNIN

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru