CELEBRATION TOUS AZIMUTS DES MARIAGES À L’APPROCHE DU JEÛNE MUSULMAN : Ces unions « précipitées » qui laissent place à d’énormes conséquences

1 an ago | Written by
22 100 vues
0 0

Le mariage, l’union de deux personnes de sexes différents est une prescription dans de nombreuses religions de par le monde, et fortement recommandé. Dans la religion musulmane, au-delà d’une simple union, c’est un acte capital dans la vie de tout fidèle, qui lui vaut de nombreuses bénédictions divines. Si aucune période n’a été définie dans le Coran pour la célébration des unions, on constate de plus en plus, la célébration tous azimuts des mariages à l’approche du mois de Ramadan. La situation est palpable jusqu’à quelques heures du début du mois du jeûne. Tant les raisons motivatrices sont légions, les conséquences qui peuvent en découler, le sont également. 

Florent YAMA (Stg)

Se marier avant ou après le mois du jeûne musulman. De nombreuses personnes sont celles qui décident de le faire avant, et même à quelques semaines ou jours du début de cette période. Loin d’être une coïncidence, c’est un choix que font les fidèles musulmans. D’un couple à un autre, c’est pareil. L’objectif c’est de se marier avant le mois du Ramadan.

Des raisons motivatrices

Consulté par votre quotidien Daabaaru, l’imam Sabourou Karim s’est penché sur la question. En ce qui concerne les raisons qui peuvent amener les jeunes gens à choisir cette période, il a évoqué « l’envie de vouloir quitter le monde de la débauche, de la fornication strictement interdit dans la religion » avant d’entamer le mois saint. Pour de nombreuses personnes qui pensent ne pas pouvoir supporter le manque de sexe par exemple, elles préfèrent s’unir, car, dit-il « les relations sexuelles après la rupture du jeûne ou dans la nuit sont permises dans le mois de ramadan pour les mariés ». Certains se marieraient à la veille afin d’éviter les tracas liés à la rupture du jeûne et le repas de l’aube, très primordiaux.

Si pour d’autres c’est le moyen d’entamer le jeûne avec les bénédictions, le mariage étant une adoration en lui-même et la moitié de la foi musulmane, c’est pour d’autres encore, un effet de suivisme. En dehors de l’influence qu’exerce l’entourage, nombreux sont ces derniers qui ont décidé de s’unir à quelques jours du mois saint, parce que leurs proches l’ont fait.

Effet de mode ou prescription du Coran ?

Non ! Ce n’est pas une prescription des saintes écritures. Selon Sabourou Karim, l’islam n’a pas décidé d’une période favorable pour les unions entres fidèles. Il a déclaré, « Je ne pense pas qu’il y ait un verset ou un hadith qui recommande de se marier spécifiquement pendant un mois ou un autre. Ce qu’on constate à la veille du ramadan n’est pas une prescription du Coran. Ce n’est pas aussi proscrit. De toutes les façons, si les intentions de mariage sont bonnes, on le constate après. Mais s’il y a eu de précipitation, et qu’ils ont voulu faire comme les autres en se mariant, leur mariage pourra être de courte durée et ils pourront se séparer par la suite ». Il soutient que c’est un mois béni et tout le monde voudra faire de son possible pour amasser les récompenses. Si c’est l’occasion pour quitter la débauche, la fornication, c’est une bonne chose. Ainsi toute personne qui se sent prête pour se marier peut se marier.

Quid des conséquences  

Dans un cas comme dans l’autre, le mariage musulman célébré peu avant le mois du jeûne peut comporter des conséquences, quelles soient négatives ou positives. Ce sera donc en fonction des conditions ayant favorisé l’union. À ce niveau, l’homme de Dieu Sabourou Karim renseigne que « si les intentions sont bonnes ce sera un mariage doublement béni et qui dit mariage béni parle de descendance pieuse et un foyer de paix dans tous les sens du terme ». Mais du moment où tout le monde n’a pas célébré le mariage dans les conditions adéquates, des complications peuvent être au rendez-vous par la suite. « Après quelques mois ou même semaines de mariage, cela peut conduire au divorce, si ça s’est fait dans la précipitation, si les raisons du mariage ne sont pas fondées, si l’intention n’est pas bonne, de violentes disputes, des enfants traumatisés, du manque d’éducation des enfants, des cœurs brisés, et beaucoup d’autres problèmes », a-t-il terminé.

Avant le mois de Ramadan, le mariage comporte aussi bien ses avantages que ses inconvénients. Il est donc important de savoir prendre des décisions pour un meilleur lendemain.

 

Article Categories:
A la une · Dossier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru