BENIN/TOURNÉE NATIONALE DE REDDITION DE COMPTE DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT : Quels mots pour guérir les maux d’une population affamée ?

1 semaine ago | Written by
123 vues
0 0

Après trois ans de gestion du pouvoir pour le compte de la seconde mandature, les membres du gouvernement Talon entament dès le mercredi 15 mai 2024, une tournée nationale de reddition de compte. À la rencontre des populations à la base, ils présenteront les différentes réalisations du gouvernement de la rupture dans différents secteurs depuis son avènement. Cependant, cette tournée de reddition de compte intervient dans un contexte particulier marqué par la crise économique et la cherté de la vie. Une situation qui a d’ailleurs poussé les travailleurs et les citoyens dans les rues de Cotonou le samedi 11 mai 2024 pour dénoncer et inviter le gouvernement à prendre ses responsabilités. Dans cette atmosphère, l’on se demande quels mots les lieutenants de Patrice Talon utiliseront une fois devant les administrés pour les convaincre de sa bonne foi.

Les béninois affamés et essoufflés des réformes ?

Élu à l’issue de la présidentielle de 2016, le Chef de l’État est arrivé avec sa fourgue de transformer positivement le pays pour le bonheur de ses concitoyens. Dans cette vision, des réformes audacieuses ont été mises en œuvre transformant pour la plupart, les habitudes de vie des béninois. Ce qui n’a pas forcément fait des heureux car, ayant envoyé plusieurs travailleurs et citoyens à la porte du chômage à cause de la suppression d’entreprises et services de l’État sans oublier le déguerpissement des commerçants installés aux abords des voies. Mais aspirant à un Bénin transformé et convaincus des propos du président qui a promis un desserrement de ceintures, les citoyens ont supporté jusqu’au bout les réformes et n’ont pas hésité à lui renouveler leur confiance à travers un second mandat en avril 2021. Un second quinquennat avec ses lots de défis à relever pour le gouvernement. Ainsi, en 3 ans d’exécution du Pag 2, le Chef de l’État dans sa volonté de promouvoir la transformation des produits locaux a mené une lutte farouche contre la sortie de certains produits de grande consommation. Un combat qui a fait des malheureux dans le rang des paysans qui dans l’incapacité de rembourser les dettes contractées pour faire face aux dépenses des travaux champêtres, ont abandonné femmes et enfants.

Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre de certains projets d’envergure, l’on a assisté à des expulsions forcées dans plusieurs quartiers de Cotonou et environs. Des ménages se sont retrouvés du jour au lendemain à la belle étoile sans soutien. D’un autre côté, les relations cristallisées entre le Bénin et le Niger avec à la clé la fermeture des frontières nigériennes, ont affecté plusieurs secteurs d’activités dont le transport et le commerce. Aujourd’hui, plusieurs transporteurs faisant la ligne Bénin-Niger, ont dû garer les camions espérant une sortie de crise entre les deux États. Des situations déjà difficiles à supporter par les béninois qui devront encore faire face à la cherté de la vie.

Dans les marchés, il faut débourser deux fois plus pour s’approvisionner en produits de première nécessité. De même, le prix des engrais chimiques a connu une hausse, causant un manque à gagner pour les agriculteurs qui sont interdits d’écouler leurs produits hors du territoire national. À moins de deux ans de la fin du mandat du Chef de l’État, les sentiments sont partagés entre déception et satisfaction pour nombre de béninois qui ont passé plus de temps à serrer les ceintures qu’à les desserrer. «Le hautement social» tant promis par le chantre de la rupture a du mal à s’affirmer sur le terrain.

Alors l’on peut dire sans risque de se tromper que cette tournée de reddition de compte se présente comme un grand challenge pour les membres du gouvernement qui devront se munir d’arguments solides pour se faire entendre par les populations affamées et désœuvrées. Car comme le dit un adage populaire, «Le ventre affamé n’a point d’oreille».

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Actualité · Nationale · Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru