BLOCAGE DE LA 4E SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL COMMUNAL DE KANDI : Et si les conseillers Up priorisaient le développement ?

7 mois ago | Written by
5 953 vues
0 0

La politique est un art de contribuer au développement de la cité. Cette notion universelle que l’on retient de la politique n’a visiblement aucun sens pour les élus communaux du parti Union Progressiste (Up) de la commune de Kandi. En effet, le conseil communal de Kandi devrait tenir sa session budgétaire le lundi 29 novembre 2021. Malheureusement, cette importante rencontre pour le développement de la cité des Kandissounon, a été bloquée par les élus d’un parti de la mouvance présidentielle. Cette situation démontre une fois encore, comment certains politiciens de la mouvance présidentielle privilégient leur intérêt personnel au détriment de celui commun.

Ce qui s’est passé le lundi 29 novembre 2021, à la mairie de Kandi ressemble à un jeu puéril. En effet, certains conseillers communaux ont empêché leurs collègues de participer à la dernière session ordinaire devant permettre l’adoption du budget primitif de l’année 2022. Cet événement déshonorant serait l’œuvre machiavélique du chef du premier arrondissement de la ville de Kandi. Des témoignages de certains élus en disent long. « Depuis hier matin, le Ca Kandi 1 m’appelle avec insistance, je refuse d’aller car je sais ce qu’il veut. Comme il ne m’a pas eu, il a composé avec un jeune homme qu’on appelle Mohamed deux pays. C’est lui qui m’a appelé. Lorsque je suis allé, il m’a emmené chez le Ca Kandi 1. Il a tenté de me convaincre de ne pas aller à la session. Il a proposé même l’argent mais j’ai refusé », a témoigné Lafia Kora, un conseiller communal élu sur la liste Fcbe, avant d’ajouter, « faisant comme il veut me déposer chez moi, il me conduit dans la maison du Dds-Alibori. Et là, on me dit que je ne vais plus sortir. Mais autour de 00h. Je suis parti. Les autres conseillers sont là-bas. Ils veulent sortir mais on les empêche ». Un autre conseiller du parti Up confirme les dires de son prédécesseur en confiant que « ce matin on m’a appelé pour dire qu’il y a rassemblement avant départ à la session. Je suis venu, et on m’informe qu’on doit boycotter la session. Et comme c’est les patrons, je ne peux rien. Mais c’est dommage. On est là depuis le matin comme des enfants. On nous surveille ».

Des témoignages qui font froid au dos. Invraisemblablement, la population de Kandi a su bien faire de choisir le parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) pour conduire les destinés de sa commune. Le maire Zinatou Alazi Osséini dont l’engagement et la détermination ne sont plus à démontrer pour le développement de Kandi, risquent d’avoir un coup régressant avec ces actions apatrides. Les comportements des élus Up qui sont au nombre de 10 sur les 29 conseillers que compte le conseil communal de Kandi donc minoritaire, frisent de stupéfaction et témoignent à suffisance que ces auteurs ne sont pas prêts pour le développement de Kandi.

Au regard de cette situation, les conseillers du parti Up sont appelés à prioriser le développement à la base pour le bonheur de leurs populations. Toutes les parties prenantes doivent donc jouer à la carte d’apaisement pour la reprise effective de la session budgétaire du conseil communal de Kandi.

Daniel KOUAGOU

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.