CAREME MUSULMAN : Flambée des prix des fruits dans les marchés  

1 an ago | Written by
4 359 vues
0 0

24 heures seulement après le démarrage du carême musulman, les consommateurs devront dépenser un peu plus pour l’achat des fruits dans les marchés de Porto-Novo et environs.

Du constat fait dans les marchés de Ouando et Ahouangbo, il en ressort que les fruits ne sont plus à la portée de toutes les bourses. Dame Philomène Atindéhou, commerçante d’ananas au marché Ouando explique que l’augmentation du prix émane des agriculteurs, fournisseurs. Dans un premier temps, elle évoque la rareté des pluies, l’impraticabilité des voies d’accès aux sites de livraison, d’où la montée du coût du transport, sans oublier l’importation de certains fruits dont l’ananas. Mieux, le carême musulman, période par excellence de fortes demandes de fruits vient ouvrir la brèche à la surenchère.

Résultats, flambée vertigineuse du prix de l’ananas, de l’orange, de l’avocat, de la mangue, du coco, de la banane, de la pastèque et bien d’autres. En guise d’illustration, l’unité de l’ananas précédemment cédée à 100f passe au double, la pastèque a presque triplé son coût et l’unité tourne autour de 1000f voire 1200f. L’orange est désormais livrée à 50f l’unité, l’avocat 150f, le coco 200f tandis que la banane se vend deux à 125f selon la qualité et la taille.

Face cette surenchère, c’est désormais un climat d’incompréhension qui s’installe entre commerçantes, vendeuses et consommateurs de fruits. Malgré cela, une nouvelle flambée est encore possible selon les commerçantes qui déclarent que tout dépend de leurs fournisseurs.

Charles HONVOH

Article Categories:
A la une · Religion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.