CONSEIL DES BENINOIS DU BURKINA-FASO (CBBF) : Les parents des nouveaux bacheliers invités à la vigilance dans le choix des écoles

3 ans ago | Written by
15 860 vues
0 0

Les écoles privées de santé n’ayant pas une autorisation d’existence légale au Burkina-Faso, ne pourront plus recruter des élèves dans les filières Institut de Préparation aux Enseignements de Second degré (Ipes). C’est une décision du ministère de la santé burkinabé, qui s’inscrit dans le cadre du recrutement de nouveaux élèves dans les filières Licence en Sciences Infirmières et Obstétricales (Lsio), conformément à la note N°2021-2144/Ms/Sg/Dgess/Dprh en date du 10 juin 2021.

A cet effet, le Bureau Exécutif National (Ben) du Conseil des Béninois du Burkina-Faso (Cbbf), préoccupé par le bien-être et la qualité de la formation offerte aux étudiants béninois suivant une formation dans ce pays, a, à travers, un communiqué en date du 26 juillet 2021, invité les parents de nouveaux bacheliers béninois à plus de vigilance, dans le choix des universités de formation de leurs enfants. C’est connu de tous, chaque année le Burkina-Faso reçoit des étudiants de toutes les nationalités dont le Bénin, qui se font former dans les universités offrant des formations dans les filières de la santé. Mais, le constat est que, nombres de ces écoles exercent sans une autorisation légale de l’Etat. Ce qui crée de difficultés à ces étudiants, qui ont souvent de la peine à poursuivre à terme, leur cursus universitaire pour des raisons indépendant de leur volonté. Face à la situation qui devient récurrente à chaque année académique, le Ben du Cbbf appel les parents des nouveaux bacheliers béninois aspirants à une formation au Burkina-Faso, ou leurs intermédiaires à se renseigner au préalable, sur la situation administrative et sécuritaire desdits établissements mais aussi, sur les conditions d’accueil et d’hébergement des étudiants. Au cas contraire, ils seront seuls responsables des désagréments qui surviendront.
Par ailleurs, le Ben de la Cbbf se dit disponible à accompagner et orienter tous les parents désireux, dans le choix des établissements de formation de leurs progénitures au Burkina-Faso afin de ne pas tomber dans le collimateur des indélicats.

Gniré MASSARA (Stg Cfoman-Daabaaru)

Article Categories:
Éducation · Internationale · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru