EDITO : Retraite forcée au parlement!

4 ans ago | Written by
14 284 vues
0 0

 

Plus d’éternels députés à l’Assemblée nationale. Le temps semble être révolu pour nos bourgeois nationaux qui s’accrochent à l’hémicycle tel un bébé à sa maman. Les émoluments et les avantages bientôt conjugués au passé pour nos ancêtres politiques encore debout comme du roc.

C’est parmi eux qu’est née une proposition de loi sur la retraite des députés et personnalités politiques du Bénin. Une loi qui vient forcer nos héros nationaux à une retraite politique. De quoi s’interroger sur les mobiles d’une telle loi.

En vérité, en vérité, il faut un renouvellement de la classe politique béninoise. Une aube nouvelle qui laissera germer d’autres pépites, une nouvelle génération. En l’état, tout laisse à croire que les facultés de droit et de sciences politiques du Bénin ont mis la clé sous le paillasson.

Le député initiateur de cette loi doit s’attendre à toutes les calomnies de ce siècle car il sera mal vu. Les statistiques indiquent que les politiques des années 1990 animent toujours à ce jour, l’espace politique national.

Il faut comme à l’instar de la constitution du Bénin votée au plus pressé, appeler les députés de la 8ème législature à voter en procédure d’urgence cette loi pour le bonheur des générations à venir.

Il ne devrait pas avoir de personnalités politiques éternelles sous nos cieux. Elles doivent pour le reste de leur séjour terrestre s’approprier cette maxime du philosophe grec Platon «Le temps est l’image mobile de l’éternité immobile».

Spero A. AKOVOGNON

Article Categories:
Actualité · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru