EXTRÉMISME RELIGIEUX AU BÉNIN : Aucun message venant de Dieu n’encouragerait à supprimer la vie, pense le sociologue Dodji Amouzouvi

2 ans ago | Written by
17 560 vues
0 0

Le samedi 29 janvier 2022, un violent affrontement entre les populations et les fidèles de l’église « Azzaël » dans l’arrondissement de Monkpa, commune de Savalou a fait plusieurs victimes. Neuf personnes ont trouvé la mort dont deux policiers, plusieurs blessés graves et plus de 80 fidèles de la secte mis aux arrêts. Cette situation confuse est due à une prophétie qu’auraient reçue des fidèles de l’église « Azzaël » annonçant l’imminence de la fin du monde. Ainsi, ils ont décidé de vider leurs avoirs et ensuite envahi les champs des populations pour récolter leurs vivres. Un acte qui n’a pas reçu l’assentiment des populations qui se sont opposées. Au détour d’une interview accordée à la chaîne numérique « Prime New Tv », le directeur scientifique du Laboratoire d’Analyse et de Recherche Religion Espace, et Développement (Larred) de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), Dodji Amouzouvi a donné son avis sur ce sujet qui tient le haut du pavé depuis quelques jours au Bénin. Selon le sociologue, aucun message venant de Dieu n’encouragerait à supprimer la vie. En matière de foi, il exhorte les populations à faire preuve de lucidité et d’intelligence. Lisez ci-dessous l’intégralité de son interview accordée à « Prime New Tv » et transcrite par le quotidien « Bénin Intelligent ».

Daniel KOUAGOU

Journaliste : Sociologue des religions, connaissiez-vous la secte Azaël Awouingnan et quelle analyse faites-vous du drame qu’elle a causé à Monkpa dans la commune de Savalou ?

Professeur Dodji Amouzouvi : Ce que nous avons observé et qui est apparu au vu et au su de tout le monde, nous au niveau du Laboratoire et moi personnellement, j’approchais le phénomène depuis 2016. Selon les toutes premières informations que j’ai eues de ce personnage [Mesmin Kpodekon, gourou de la secte, ndlr] et de son groupe qui n’était pas encore constitué comme celui que nous avons vu là, ils faisaient déjà état de la fin du monde, mais c’était un discours encore circonscrit.

Plus tard, je ne parlerai pas de radicalisation, je parlerai de renforcement de ses idées. Pour ses nombreuses allées et venues entre le Nigéria voisin et nous, il a dû développer des idées pour renforcer cette théorie. La conséquence de cette théorie ou doctrine, c’est qu’il a réussi à faire croire, à faire entrer dans l’esprit de ceux qui ont accepté de le suivre que la fin du monde est proche. Vous remarquerez qu’il n’est pas le premier à dire ces choses. Si la fin du monde est proche, les autres disent « Préparez-vous pour rencontrer le messie », mais lui, il dit « Partagez tout ce que vous avez puisque bientôt vous n’aurez plus besoin de ces choses ». Derrière ce discours, il faut savoir que pour les besoins de la cause il a dû quitter le centre-village de l’arrondissement de Monkpa qui est à 9km de Savalou et est allé un peu plus loin sur la route de Lahotan à 3km. Il est parti dans l’unité administrative de Codji. Le hameau où il a implanté ses fidèles s’appelle Kogandji qui est de part et d’autre de la route de l’unité administrative de Codji. Donc il les a sortis de la ville, de la civilisation de Monkpa pour les isoler. Plusieurs motifs peuvent être évoqués. Plus on les isole mieux on les contrôle. Convaincus que la fin du monde est proche, les adeptes ont commencé par vendre leurs biens puis on mettait tout ensemble, on se les distribuait ; lui-même le grand patron parvenait à tirer profit comme il peut. Maintenant que les avoirs propres sont terminés, il faut garder le niveau de vie. Alors on a déversé cette même pratique vers des gens qui n’étaient pas partie de cette philosophie, cette doctrine. Les membres de ce groupe, lorsqu’ils rencontrent d’autres personnes ils disent : « Nous sommes les mêmes ; la fin du monde étant là, vos récoltes, vos nourritures laissez-nous les utiliser avec vous ». Celui qui n’est pas endoctriné à ce point ne peut pas toujours se laisser aller. Le feu est venu à la maison lorsqu’une dizaine de membres de ce groupe a pris d’assaut le champ d’anacarde d’une jeune dame qui s’en est plainte aux Forces de sécurité, chose normale puisque ; quoiqu’on dise force doit rester à la loi. Cela a déclenché tout ce que nous avons vécu.

Lorsque vous regardez les personnages, lorsque vous connaissez leur mode de fonctionnement, lorsque vous voyez un peu la force de discours qu’ils tiennent, vous remarquez qu’au départ c’était l’Église du christianisme céleste (Ecc). Je ne sais pas si la sectorisation est faite, la rupture est faite entre cette église et ce groupe qui est né, mais ils se sont donné un nom. Est-ce que ce sont ces noms qu’ils se sont donnés à l’intérieur ? Tout ça, c’est des pistes que nous sommes en train de travailler. Remarquez qu’au départ ils étaient trois paroisses. Mais lorsque vous questionnez les autres co-paroissiaux de la même obédience, ils vous disent : « Le zèle de ce monsieur est trop, nous on le laisse faire, nous on ne se mêle plus ». Et puis, ayant aussi compris et partis du milieu, ils laissent la place aux deux autres qui continuent d’officier normalement selon les doctrines et enseignements de cette église.

Il faut donc ne pas oublier les accointances nigérianes de ce leader. Il faut ne pas oublier la capacité de consommation de stupéfiants, de drogue…qui ont surchauffé les esprits au point où nous avons ce que nous sommes en train de déplorer : on s’en prend aux forces de l’ordre, on s’en prend aux populations. On dénombre presque une dizaine de vies parties comme ça. Heureusement que monsieur Kpodekon a été arrêté. Force doit rester à la loi. Ce n’est pas parce que nous sommes dans un État laïc que tout est permis. C’est justement au nom de la laïcité que les lois de la république doivent être respectées. La liberté de pensée, la liberté d’opinion, de religion ne doit pas être oublieuse de ce que « là où finit ta liberté commence la mienne ». Les citoyens ou concitoyens qui se sont laissé aller à cet acte répréhensible, il semble qu’ils ont oublié beaucoup de choses. Aucune bible, aucune prophétie, aucune doctrine ne peut permettre cela. Seules les personnes à qui on a des choses à reprocher, qui doivent se reprocher des choses obéissent à de telles règles : l’usurpation, la prise d’autorité des biens appartenant à autrui. Si ce n’est pas du vol, c’est du brigandage, si ce n’est pas du brigandage c’est simplement un exercice hors contexte, hors texte, hors loi. Et ceux qui s’adonnent à cela doivent subir la rigueur de la loi. Dès que la foi vous amène à enfreindre au vivre-ensemble, aux lois de la république, ce n’est plus une foi ; il faut la combattre, cette affaire-là. Puisque la croyance, lorsqu’elle part de chez quelqu’un, la foi lorsqu’elle est individuelle s’exprime dans une collectivité, dans une république, dans un État, dans une communauté, laquelle a ses règles de vivre-ensemble. Dans un pays comme le nôtre où nous avons la liberté d’expression, la foi ne peut pas, quelle qu’elle soit, amener à des actes aussi punissables. Il faut séparer la foi des agissements contre-loi, contre-textes qui sont à punir et à punir absolument.

Votre message à l’endroit des populations

Ce que j’ai à annoncer à l’endroit de la population, il est quand même très simple : croyez ! Croyez ! Croyez toujours ! Mais croyez d’abord en vous-mêmes. Croyez avec lucidité, croyez avec intelligence. Entrez dans la foi avec votre lucidité et votre intelligence. Peut-être qu’il y a des gens de très bonne foi dans ce que nous déplorons. Mais comment ont-ils pu se laisser aller jusque-là ? Il n’y a aucune foule qu’on va haranguer, aucun message qui vienne de Dieu qui demande qu’on supprime la vie à ses propres créatures. On ne tue pas au nom de Dieu. On promeut la vie au nom de Dieu. Donc si vous allez dans un groupe, un forum, dans un espace où le discours commence par aller dans ce sens, sachez que nous sommes en face d’une dérive. Questionnez votre foi. Sachez que nous sommes en face d’une gouroutisation. Sachez que nous sommes en face, j’ose le dire, d’un fou au sens psychologique et psychanalytique du terme. Lorsque vous avez affaire à un fou, prenez vos dispositions et aidez-le à guérir.

Article Categories:
A la une · Nationale · Religion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru