GESTION DU CNCB EXERCICE 2020 : Un contrôle parlementaire relève un scandale financier de 18 milliards Fcfa

4 mois ago | Written by
3 167 vues
1 0

Un contrôle parlementaire sur la gestion du Conseil National des Chargeurs du Bénin (Cncb) exercice 2020 révèle un manque à gagner pour l’Etat dans la gestion comptable à hauteur de 18 milliards Fcfa. Selon le quotidien du service public, le constat de gabegie financière a été fait par la mission parlementaire qui a séjourné d’août à septembre 2021 avant la dissolution de cette structure par l’Etat.

Ainsi, suite à l’examen du rapport de la mission parlementaire le mardi 18 janvier 2022 par les députés, ils en sont venus à donner raison à l’Etat quant à la suppression de la Cncb.
Selon ledit rapport présenté aux parlementaires, des irrégularités sont constatées sur les plans de l’organisation comptable ; de la gestion budgétaire et planification ; de la gestion des immobilisations et des stocks ; de la gestion du personnel et de la paie ainsi que de la gestion des achats et des ventes. Par ailleurs, le rapport indique que le Cncb ne dispose pas de manuel décrivant les procédures et l’organisation comptable. Toute chose qui n’est pas en accord avec l’article 14 de l’acte uniforme relatif au droit comptable et à l’information financière. La commission de contrôle a également relevé le défaut de recensement et d’évaluation des créances et dettes à la valeur effective du moment dite valeur actuelle, la non fiabilité des états financiers générés par Perfecto ; la réalisation d’activités non prévues dans le budget et le Plan de Travail Annuel (Pta) ; l’absence de nomenclature budgétaire ; l’inéfficacité du dispositif de suivi de la gestion du bordereau électronique de suivi des cargaisons et la non codification de toutes les immobilisations ; certains terrains de la société étant sans titre de propriété. A tout cela, la commission dirigée par le député Gérard Gbénonchi président de la commission des finances et des échanges du parlement, s’ajoute la non tenue du registre de l’employeur et la non élaboration du Plan de Passation des Marchés Publics (Ppmp) de l’exercice 2020 au moment de l’élaboration du budget. De même, le budget mentionne au total 25 marchés d’un montant de 400 334 266 Fcfa tandis que le Ppmp ressort 32 marchés d’un montant 514 689 319 Fcfa. Les manques à gagner pour l’Etat s’élèvent donc à 7 639 063 708 Fcfa. Ils concernent entre autres, les impôts et taxes non reversées, les montants de diminution de titre de participation, les créances clients passées en perte, les impôts sur les bénéfices de prestations domiciliées au Bénin non prélevés, la Taxe sur la Valeur Ajoutée (Tva) non retenue à la source, les écarts sur ventes bordereau électronique de suivi des cargaisons, des avances offertes au personnel passées en perte et des primes indues payées aux agents de la société. Il faut noter que la mission parlementaire a également découvert 8 743 476 965 FCFA d’écritures comptables non autorisées et 1 101 661 839 Fcfa de produits fictifs passés en comptabilité. Ce qui alourdit davantage le niveau de cette mafia financière à la Cncb.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.