IMMATRICUALATION DES ENGINS A DEUX OU TROIS ROUES : L’opération se déroule sans heurt à Parakou

4 ans ago | Written by
6 850 vues
0 0

IMMATRICUALATION DES ENGINS A DEUX OU TROIS ROUES

L’opération se déroule sans heurt à Parakou

« De 50 fixations de plaque par jour, nous sommes à 140 fixations », dixit Marcel Richard Sékpé, chef annexe Anatt Parakou

Depuis le mois d’août dernier, le gouvernement a annoncé la répression des engins à deux ou trois roues non immatriculés sur toute l’étendue du territoire national. Mais avant le déclanchement de la phase répressive proprement dite, l’autorité centrale a accordé un moratoire de trois mois à tous les usagers afin qu’ils se conforment à la loi. Ce moratoire prendra fin le 31 novembre prochain pour laisser place à la répression. Ce qui entraine depuis plusieurs jours une ruée des usagers vers les annexes de l’Agence Nationale des Transports terrestres (Anatt). Ainsi, pour s’enquérir du déroulement de l’opération à Parakou, notre rédaction s’est rapprochée du chef annexe de l’Agence Nationale des Transports Terrestres à Parakou. Marcel Richard Sékpé confirme que l’opération va bon train à Parakou grâce aux dispositions prises pour gérer l’affluence. Lisez-plutôt.

Edouard ADODE

Daabaaru : monsieur le chef agence, dites-nous comment se déroule l’opération d’immatriculation dans votre agence ici à Parakou?

Marcel Richard Sékpé : Merci. Tout d’abord, je tiens à vous dire que l’immatriculation fait partie de nos activités quotidiennes. Depuis le mois d’août dernier le gouvernement a lancé une opération de répression qui doit commencer le premier décembre prochain. Suite à cela, nous constatons une affluence au niveau de notre annexe ici. Ainsi, nous avons essayé de multiplier les équipes qui collectent ces dossiers pour essayer de donner satisfaction aux populations au quotidien.

Peut-on déjà avoir une idée du nombre de plaques délivrées depuis le mois d’août jusqu’à ce jour ?

De 50 fixations par jour, aujourd’hui nous sommes à 130, 140 fixations par jour contre 100, il y a quelques jours. Donc au fur et mesure que nous approchons de la date, il y a plus d’engouement.

Rappelez-nous un peu la procédure et les pièces à fournies pour faire immatriculer son engin ?

Ce n’est pas du tout compliqué. D’abord, il faut noter que depuis le 4 septembre 2017 toutes motos neuves achetées au Bénin, sont normalement achetées avec les frais d’immatriculation. Ces nouveaux acquéreurs n’ont pas trop de formalités à remplir, il suffit simplement qu’ils fassent la copie légalisée de leur pièce d’identité qu’ils joignent au dossier reçu de l’achat de ces motos et qu’ils viennent seulement. Maintenant, ceux qui ont acheté les motos bien avant cette date, c’est ceux-là qui se conforment aux frais d’immatriculation qu’ils payent sur place. Ces frais s’élèvent à 11 500f cfa. Pour le cas de ceux qui rachètent les motos chez d’autres personnes, là il y a les frais de mutation qui s’ajoutent et le tout s’élève à 15 000f cfa pour ceux-là.
Donc les pièces que doivent comporter ce dossier, sont, le papier d’achat, les papiers de la douane et la copie légalisée de la pièce d’identité de l’acquéreur en plus de la convention de vente légalisée. En cas de perte de la convention, l’acquéreur peut acheter ici la conformité et aller légaliser. C’est à 500f chez nous.

Pourriez-vous satisfaire ce beau monde avant la date butoir ?

La collecte des dossiers fait partie de nos activités quotidiennes. L’essentiel c’est de venir faire les formalités et avoir au moins le récépissé sur soi, là quand la répression va commencer peut-être les forces de sécurité peuvent les comprendre.

Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit des populations qui traînent encore les pas?

Ceux qui traînent les pas n’ont qu’à se dépêcher pour accomplir les formalités pour ne pas se créer des ennuis et des dommages pour rien. Je profite également de cette opportunité pour invité les usagers qui ont déjà déposé les dossiers de venir consulter la liste des places et des cartes grises qui sont déjà disponibles, il y a des milliers de plaques non retirées à notre niveau.

Article Categories:
Actualité · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.