JAPON/UNIVERSITÉ D’IWATE : Marietta Gonroudobou décroche son doctorat en agriculture bio production

2 mois ago | Written by
10 660 vues
1 0

Elle est désormais détentrice d’un doctorat en agriculture bio production option production végétale. Marietta Gnon Bouanra Gonroudobou puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a soutenu sa thèse doctorale à l’Union des Écoles Doctorales en Sciences Agronomiques de l’Université d’Iwate au Japon. La soutenance publique a eu lieu le mardi 26 juillet 2022 en présence d’éminents enseignants universitaires, des parents, amis et bien d’autres.

Daniel KOUAGOU

« L’Effet du bore sur le micro fendillement des fruits de tomate », c’est autour de ce thème que l’impétrante a mené ses travaux de recherche scientifique. Dans sa présentation, Marietta Gnon Bouanra Gonroudobou a fait savoir que le micro fendillement de la cuticule ou Micro Cracking (Mc) en anglais, est un anomalie physiologique caractérisée par des microfissures de 1–2 mm observées au niveau de la cuticule de nombreux fruits, comme la pomme (Malus domestica), la cerise (Prunus avium) et les tomates (Solanum lycopersicum).

Selon elle, le Mc réduit l’aspect esthétique des tomates et leur durée de conservation après récolte en raison d’une infection par l’infiltration d’agents pathogènes à travers ces lésions. « Pour les producteurs de tomate, le Mc représente d’importants problèmes économiques en raison d’importante perte de récoltes et de la mévente, due à de produits piètre qualité », a-t-elle exposé. Ainsi, était donc important, indique-t-elle, d’identifier les causes et les mécanismes impliqués dans l’apparition du micro fendillement chez la tomate. À l’en croire, le Bore (b) a été étudié en relation à la micro fissuration parce qu’il joue un rôle structurel important dans les plantes et est impliqué dans la division et l’élongation cellulaire dans l’épiderme du fruit. De plus, explique-t-elle, de précédentes recherches menées par Huang en 2004 ont démontré que la pulvérisation hebdomadaire du Bore sur la tomate pouvait réduire les fissures au niveau de l’épaule du fruit.

Au regarde des résultats de ses recherches, elle a émis l’hypothèse que la carence en Bore pourrait augmenter l’incidence du Mc. Cependant, le mécanisme d’action n’était pas encore connu. « Comme résultats de nos différentes expérimentations nous avons trouvé qu’indépendamment de la taille du fruit et des phénotypes des tomates, la carence en Bore augmente l’incidence de micro fendillement. La carence se fera plus ressentir au début de la croissance du fruit dans le cas des variétés sensibles », a-t-elle expliqué. Par ailleurs, en ce qui concerne le mécanisme d’apparition du Mc, l’impetrante a indiqué qu’un effet simultané de la carence en Bore et un taux de croissance élevé des fruits en été pourrait favoriser l’incidence du micro fendillement au niveau de la tomate. De même, une incidence élevée de Mc en cas de déficit en Bore pourrait être le résultat d’une expansion cellulaire anormale et/ou d’une distribution irrégulière de la taille des cellules au niveau de la cuticule du fruit.

Au terme de son brillant exposé, le jury composé des professeurs Tatsuzawa Fum, Maeda, Nabeshima Tomoyuki et présidé par l’éminent professeur Watanabe Masanoria a apprécié l’importance de son thème et la qualité de son travail. Ainsi, il a décidé de l’élever au grade de docteur en agriculture bio production option production végétale.

Il faut souligner que Marietta Gnon Bouanra Gonroudobou est une béninoise originaire de Guilmaro, un arrondissement de la commune de Kouandé dans le département de l’Atacora.

 

Article Categories:
A la une · Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.