JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME : La Fondation Batonga célèbre autrement la Jif avec les hommes « Champions »

1 an ago | Written by
9 963 vues
0 0

C’est la commune de Bohicon qui a été choisie par la Fondation Batonga pour la célébration le jeudi 9 mars 2023, de la Journée Internationale de la Femme (Jif). Pour marquer d’un cachet spécial cette célébration, la Fondation a voulu mettre en avant les hommes appelés “Champions” qui travaillent à ses côtés notamment au niveau des communautés pour l’épanouissement et la défense des droits des jeunes femmes et filles. Ils ont donc pour l’occasion, présenté les actions menées au niveau de leurs différentes localités. C’était en présence de la représentante de la directrice pays de la Fondation Batonga Natacha Agbahoungba, des représentants du préfet du Zou et du maire de Bohicon, des mentors, des participantes aux programmes de la Fondation, des chefs d’arrondissements, chefs d’établissements scolaires et bien d’autres acteurs.

Samira ZAKARI

La Fondation Batonga a voulu se démarquer des manifestations festives observées chaque année dans le cadre de la Jif. D’où la rencontre avec les hommes Champions qui font un travail incroyable sur le terrain.

Selon la représentante de la directrice pays Natacha Agbahoungba, « La Fondation Batonga a décidé de célébrer autrement les femmes à travers son portfolio de l’engagement des garçons et des hommes ». Se prononçant sur le thème de l’édition 2023 qui est, “ Pour un monde digital inclusif : Innovation et technologies pour l’égalité des sexes ”, elle a fait constater que les femmes ont moins accès aux nouvelles technologies que les hommes et possèdent moins de biens que ceux-ci. En se référant aux données issues de la dépêche numéro 540 de Afrobaromètre sur l’égalité des genres au Bénin, elle a souligné que quand il s’agit par exemple « du téléphone portable (88% vs 74%), d’un poste radio (76% vs 54%), d’une télévision (40% vs 25%) ». À en croire Natacha Agbahoungba, « plus de 190 millions de femmes n’utilisent pas de services d’internet mobile (soit un écart de 37% entre les hommes et les femmes en Afrique subsaharienne ».

Ainsi, pour changer les choses, la Fondation Batonga pense que la présence des hommes comme alliés s’avère importante pour atteindre plus rapidement une meilleure égalité. D’où la présence des champions qui font un travail exceptionnel au sein des communautés pour l’épanouissement des filles et jeunes femmes. « Dans ma localité, en tant que jeune champion, nous nous rapprochons des jeunes filles pour écouter leur situation et nous échangeons ensuite avec les pères de famille et les époux afin de les convaincre à œuvrer pour l’autonomisation des femmes. Et grâce à nos actions, plusieurs femmes mènent des activités génératrices de revenus à Bohicon. Certaines femmes arrivent à participer aux clubs de la Fondation Batonga. Ce qui n’était pas le cas avant », a fait savoir Joël Adanmenoukon, jeune champion de la commune de Bohicon.

Présents à l’atelier, la représentante du préfet du Zou préfet Faustine Awokou et celui du maire de Bohicon ont, dans leurs interventions, félicité la Fondation Batonga pour les actions à fort impact qu’elle mène dans les différentes zones d’intervention. Ils ont, par ailleurs, réaffirmé leur soutien à la Fondation pour l’atteinte des objectifs. « Je voudrais rassurer la Fondation Batonga et ses partenaires de l’entière disponibilité du conseil préfectoral à accompagner toutes les initiatives dans le département du Zou qui contribueront à faciliter l’accès des femmes à la technologie et leur offrir un environnement adéquat pour leurs activités », a rassuré la représentante du préfet Faustine Awokou.

La séance a pris fin par la visite des stands des participantes au programme de la Fondation Batonga qui mènent des activités génératrices de revenus.

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru