NIGER : «Ce sera par la force que la mauvaise force sera vaincue», avertit Talon

11 mois ago | Written by
137 863 vues
0 0

La situation pourrait prendre une autre tournure dans les prochaines semaines, voire prochains jours au Niger voisin. Réunis en sommet extraordinaire jeudi 10 août dernier, les pays membres de la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont décidé d’activer la force d’attente, pour une éventuelle invasion militaire au Niger. Le Président du Bénin, Patrice Talon, qui a pris part à cette rencontre de Chefs d’État, s’est dit d’accord avec les décisions prises ensemble avec ses pairs.

En effet, le Président Talon a, au terme de la réunion, dénoncé l’agissement de l’armée nigérienne qui a, d’un coup de force, arraché les rênes du pays aux mains de Mohamed Bazoum. Un acte inadmissible et répréhensible face auquel, Patrice Talon se dit prêt à employer toutes les voies nécessaires pour un retour à l’ordre constitutionnel. «Après avoir tenté par tous les moyens de négocier avec les putschistes, nous avons décidé que si nous n’avons pas les moyens de les convaincre, ce sera par la force que la mauvaise force sera vaincue.», a prévenu l’actuel locataire de la Marina avant d’annoncer qu’«Il est encore temps pour ceux qui sont là, de se retirer, pour que ce ne soit pas par la force qu’on leur fasse entendre raison.»

Il justifie cette volonté par le fait que « La Cedeao n’acceptera jamais que les coups d’État soient le moyen par lequel les représentants d’un peuple doivent être désignés. La seule voix par laquelle un peuple s’exprime pour choisir ses gouvernants, c’est par le vote, par la démocratie.» Pour le Chef de l’État béninois, on ne doit pas renverser un régime démocratique qui n’est pas parfait par les armes, mais plutôt travailler à l’améliorer. « Le monde n’est plus à ça. Ce temps où les armes règlent les conflits, les différends, ce temps est révolu.», a clamé Patrice Talon. Les Chefs d’État de la Cedeao qui devraient se rencontrer une fois de plus en fin de semaine à Accra au Ghana, sont prêts à restaurer la démocratie au Niger par la force.

Enfin, «Nous pensons que le peuple nigérien sera le seul gagnant dans cette affaire.», a-t-il terminé.

Florent YAMA

Article Categories:
A la une · Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru